Syrie: la Russie fait dorénavant décoller ses avions d'Iran pour bombarder les adversaires de Bachar al-Assad

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Syrie: la Russie fait dorénavant décoller ses avions d'Iran pour bombarder les adversaires de Bachar al-Assad

Publié le 17/08/2016 à 12:13 - Mise à jour à 12:21
©Karam al-Mastri/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La Russie continue ses bombardements des ennemis du régime de Bachar al-Assad. Mais ses avions partent dorénavant d'Iran. Une réorganisation qui envoie le signal d'un soutien renouvelé au régime de Damas.

Est-ce un tournant stratégique dans l’intervention russe en Syrie? Les avions de Moscou qui mènent depuis un an une série de bombardements en soutien au régime de Bachar al-Assad décolleront dorénavant d’une base iranienne, au lieu de leur base syrienne de Lattaquié. Une avancée militaire pour les Russes, et le signe d’un renforcement des soutiens diplomatiques envers la Syrie.

Côté purement opérationnel, partir de la base de Hamedan permettra aux avions russes de parcourir environ 700 kilomètres avant d’arriver à la zone regroupant les principales frappes, contre 3000 kilomètres actuellement. Le temps entre la découvrete d'une position ennemie et sa frappe sera donc considérablement réduit. De plus, les bombardiers russes pourront effectuer des missions avec un armement plus important. Selon Konstantin Sivkov, président de l'Académie des problèmes géopolitiques interrogé par RFI, jusqu'à 22 tonnes de bombes pour les TU22-M3 pourront être utilisées, contre 5 à 8 tonnes en partant de la base russe.

Autre information: cette réorganisation opérationnelle confirme que Téhéran n’est plus un Etat isolé sur la scène diplomatique, et que son soutien au régime de Bachar al-Assad est durable, et que l’Iran a donc pour objectif sa survie.

Les premiers raids partant d’Iran ont débuté mardi 16. La Russie a expliqué que ces opérations ont visé des positions du groupe Etat islamique (EI) et du Front Fateh al-Cham (nouveau nom du Front al-Nosra). Pas de changement sur ce point donc, Moscou continue de frapper  l’Etat islamique, mais aussi des groupes armés en lutte contre le régime syrien notamment dans la bataille en cours à Alep.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La région d'Alep reste la principale cible des bombardiers russes.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-