Syrie: à Madaya, 42.000 habitants assiégés par le régime "au bord de la famine"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Syrie: à Madaya, 42.000 habitants assiégés par le régime "au bord de la famine"

Publié le 08/01/2016 à 10:00 - Mise à jour à 10:17
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

La ville rebelle syrienne de Madaya est assiégée depuis six mois. Ses quelque 42.000 habitants sont, selon l'ONU, "au bord de la famine". Sous la pression internationale, le régime de Bachar al-Assad a annoncé jeudi 7 autoriser l'accès humanitaire à la ville.

Les habitants de Madaya en Syrie en sont réduits à se nourrir avec des feuilles tombées des arbres et à donner de l'eau sucrée aux nourrissons. Plus de 42.000 personnes sont assiégés depuis six mois par les forces fidèles à Bachar al-Assad dans la ville de Madaya (sud-est du pays, à proximité de la frontière libanaise).

Les rares images provenant de la ville assiégée, diffusées par des militants syriens des droits de l'homme (attention, les images peuvent heurter la sensibilité des personnes les plus fragiles), montrent des corps, d'une maigreur absolue, qui ne sont pas sans rappeler ceux des survivants des camps de la mort nazis ou des pires famines de la Corne de l'Afrique. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme  (OSDH), au moins 10 personnes sont mortes à cause du manque de médicaments et de nourriture.

D'après le Guardian, citant des activistes locaux, les habitants auraient été réduits à s’alimenter de feuilles et d’herbe et d’eau parfumée aux épices pour survivre. Certains auraient tué et mangé leurs animaux de compagnie. Le journal britannique précise qu'il n'a pas été possible de vérifier ces affirmations en raison du siège, mais que plusieurs récits décrivaient de la même façon une ville désespérément à court de nourriture, de médicaments et d’électricité. Denrée devenue ultra-rare à cause du siège, le kilo de riz aurait atteint à Madaya le prix de 250 dollars le kilo au marché noir, indique le Guardian.

Le siège de Madaya a commencé il y a environ six mois, au début d’une offensive des forces gouvernementales et de son allié le Hezbollah libanais. L’accès à la ville a été demandé à six reprises en 2015 par les agences humanitaires, mais les autorités ne l’ont accordé qu’une seule fois, le 17 octobre. Sous la pression internationale, le régime de Damas a finalement autorisé jeudi 7 l'Organisation des Nations unies (ONU) à acheminer des vivres et des médicaments dans la ville.

"La France appelle à la levée immédiate de ce siège et à l'accès d'urgence de l'aide humanitaire à Madaya et à toutes les zones assiégées en Syrie", avait déclaré mercredi 6 le porte-parole du Quai d'Orsay Romain Nadal. "Alors que les 40 000 habitants de la ville meurent de faim, le régime ne permet l'accès à la ville à aucune organisation humanitaire. Cette situation est insoutenable et inacceptable".

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) estime à 4,5 millions le nombre de personnes en Syrie qui vivent dans des zones difficiles d'accès, dont près de 400.000 dans 15 lieux assiégés qui ne peuvent recevoir l'aide vitale dont elles ont un besoin urgent. 

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La ville de Madaya en Syrie est au bord de la famine, assiégée par le régime de Bachar al-Assad.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-