Tensions UE-Turquie: Erdogan multiplie les provocations à l'égard des Européens

Tensions UE-Turquie: Erdogan multiplie les provocations à l'égard des Européens

Publié le 14/03/2017 à 12:51 - Mise à jour à 13:06
© ADEM ALTAN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le bras de fer continue entre la Turquie, les Pays-Bas et l'Allemagne. Entre provocations verbales et ripostes diplomatiques, le président turc Recep Tayyip Erdogan, en pleine campagne pour sa réforme constitutionnelle, maintient sa position victimaire vis-à-vis de l'Union européenne.

La Turquie se montrait ce mardi 14 toujours aussi intraitable dans la crise avec les Pays-Bas en annonçant des sanctions diplomatiques contre ce pays et en accusant l'Union européenne de parti pris dans la brouille au sujet de meetings pro-Erdogan annulés dans certains pays membres.

La même Union européenne qui tente, pour l'heure sans succès, de désamorcer la crise entre les deux pays alors qu'Ankara fulmine contre les autorités néerlandaises pour avoir empêché deux ministres turcs de participer à des meetings de soutien au président Recep Tayyip Erdogan et à sa réforme constitutionnelle.

Le président turc, après avoir traité les dirigeants néerlandais de "nazis et de fascistes", a décrété la rupture des relations diplomatique ave les Pays-Bas et a refusé le retour de l'ambassadeur des Pays-Bas en Turquie.

Les tensions sont également vives avec l'Allemagne où vit une importante communauté turque. Recep Tayyip Erdogan s'en est pris directement à la chancelière Angela Merkel, accusée de "soutenir les terroristes". "Madame Merkel, pourquoi cachez-vous des terroristes dans votre pays? Pourquoi n'agissez-vous pas?", a ainsi lancé le président turc à la télévision. Cette diatribe était destinée à dénoncer le "soutien" qu'apporterait Berlin, selon lui, à des militants de la cause kurde (en conflit ouvert avec Ankara) et à des suspects recherchés, notamment pour leur proximité avec le mouvement Gülen, suite au coup d'Etat manqué du 15 juillet dernier, en leur offrant asile. Des accusations balayées d'un revers de la main par la chancelière allemande qui a jugé ces propos "aberrants", refusant de participer à "un concours de provocations".

Le président turc surfe ainsi sur le ressentiment d'une partie de sa population, notamment compte tenu de la paralysie des négociations d'adhésion à l'UE de la Turquie. Il a besoin d'apparaître comme un homme fort dans son pays alors qu'il entame une consultation populaire afin de valider une réforme de la constitution.

Ce référendum, qui se tiendra le jeudi 16, doit renforcer les pouvoirs de Recep Tayyip Erdogan et vise à remplacer le système parlementaire en vigueur par un régime présidentiel. Parmi les nouvelles prérogatives du président islamo-conservateur, la nomination et la révocation des ministres, la promulgation de décrets sans consultation ou encore la possibilité d'instauration de l'Etat d'urgence sans validation parlementaire. Une réforme qui fait craindre une dérive dictatoriale du pouvoir, déjà très autoritaire de Recep Tayyip Erdogan.

Le résultat du référendum s’annonce serré: les médias progouvernementaux publient régulièrement des sondages qui donnent le "oui" en tête, tandis que ceux publiés dans les rares médias d’opposition qui existent encore prédisent une victoire du "non". D'où l'intérêt pour le pouvoir de tenir des meetings à l'étranger et de pousser la population expatriée à prendre part au vote. 

En dépit de fréquentes frictions, Ankara reste un partenaire stratégique de l'UE, par exemple dans la gestion de l'afflux de migrants, notamment des Syriens qui fuient la guerre, vers l'Europe. Mais à la lumière de la crise actuelle, le ministre turc des Affaires européennes Omer Celik a évoqué lundi un "réexamen" du pacte sur la lutte contre l'immigration conclu il y a un an avec l'Europe. Et sur ce terrain, Erdogan le sait, il est toujours en position de force.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




En dépit de fréquentes frictions, Ankara reste un partenaire stratégique de l'UE, notamment dans la gestion de l'afflux de migrants.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-