Pédocriminalité : l'UE veut obliger les plateformes numériques à scanner les conversations

Pédocriminalité : l'UE veut obliger les plateformes numériques à scanner les conversations

Publié le 13/05/2022 à 17:25
crédits : Pete Linforth de Pixabay
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Pour combattre la pédocriminalité, fléau aggravé par la pandémie, l'Union européenne a dévoilé ce mercredi 11 mai de nouvelles règles. Le texte prévoit d'obliger les plateformes numériques à surveiller le contenu des conversations de près afin de détecter du contenu illégal. Un nouveau Centre européen (EUCSA) tiendra le rôle de facilitateur entre les autorités et les plateformes nationales. Son objectif sera de proposer des technologies de détection aux entreprises et de réfléchir aux indicateurs utilisés pour en faire une base de données.

Rappelons-nous qu'en 2021, la fondation Internet Watch avait détecté une augmentation de 64 % des signalements d'abus sexuels sur des enfants, par rapport à l'année précédente.

Voir aussi : Pédocriminalité : "Leur terreur, c'est que les gens descendent dans les rues pour ça" Karl Zéro

Une intrusion indiscriminée et disproportionnée dans les communications personnelles

Cette surveillance massive, rendue possible par la dérogation à la directive "ePrivacy" adoptée en juillet dernier, n’est pas du goût de tous. Les défenseurs des libertés ont donné de la voix. Pour Rejo Zenger, conseillère politique à la fondation "Bits of Freedom", cette manière de combattre la pédopornographie n’est pas idéale, car elle ne s'intéresse pas aux problèmes majeurs tels que la surcharge de compétences des forces de l'ordre ou la coopération internationale défectueuse. Comme souvent, on s'intéresse aux symptômes du problème plutôt qu'à sa cause.

Avis similaire du côté de l'eurodéputé Renew Moritz Körner : "Au lieu de lutter contre ces crimes odieux en renonçant de manière disproportionnée aux droits fondamentaux de tous les citoyens de l'UE, il vaudrait mieux investir beaucoup plus dans l’équipement de la police, de l’autorité de police européenne Europol et dans la coopération transfrontalière des autorités compétentes".

Un cadre européen qui se veut "plus sûr"

Pour protéger les plus jeunes du numérique et de ses travers, la Commission européenne a aussi présenté un communiqué de presse intitulé "Nouvelle stratégie de l'UE pour protéger les enfants dans le monde en ligne et les former à cet environnement". Il s'agit, en substance, d'une politique de protection des enfants face aux dangers de la "désinformation, du cyberharcèlement ainsi qu’aux contenus préjudiciables et illicites".

Cette stratégie, le commissaire au marché intérieur Thierry Breton l'a décrite en ces termes :

La décennie numérique de l'Europe offre de vastes possibilités aux enfants, mais la technologie peut également présenter des risques. La nouvelle stratégie pour un internet mieux adapté aux enfants va permettre de doter les enfants des compétences et des outils nécessaires pour naviguer dans le monde numérique en toute sécurité et en toute confiance. Nous invitons les entreprises du secteur à jouer leur rôle dans la création d'un environnement numérique sûr et adapté à l'âge des enfants, dans le respect des règles de l'UE.

De fait, les réseaux sociaux et plateformes numériques sont dans le viseur de l'Union européenne — certains chefs d'États envisagent ni plus ni moins que le démantèlement, surtout depuis qu'Elon Musk a racheté Twitter. En parallèle, l'institution internationale se veut plus souveraine et prépare donc son propre terrain numérique.

Lire aussi : Biométrie dans l'espace public: le rapport du Sénat se veut rassurant mais laisse "des zones de flou"

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Ce texte oblige les plateformes numériques à surveiller le contenu des conversations de près pour combattre la pédopornographie.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-