Viols d'enfants en Centrafrique: l'Onu se défend d'avoir cherché à étouffer l'affaire

Viols d'enfants en Centrafrique: l'Onu se défend d'avoir cherché à étouffer l'affaire

Publié le 01/05/2015 à 18:20 - Mise à jour le 02/05/2015 à 15:12
©Laurence Geai/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Maxime Macé
-A +A

Le Nations unies se sont défendues d'avoir couvert des abus sexuels sur des enfants en Centrafrique. Quatorze militaires français déployés sur place dans le cadre de l'opération Sangaris sont incriminés.

Alors que quatorze militaires français sont mis en cause sur de possibles abus sexuels sur des enfants lors de l'opération Sangaris en Centrafrique et dont seule une petite minorité d'entre eux a été identifiée par le parquet de Paris, l'ONU s'est défendu des accusations portées à son encore. En effet, selon plusieurs ONG, les Nations unies auraient cherché à étouffer l'affaire.

"Toute insinuation affirmant que Zeid Ra'ad al-Hussein (actuel Haut-Commissaire aux droits de l'Homme, NDLr) aurait essayé de couvrir des abus sexuels sur des enfants est franchement offensante", a déclaré ce vendredi aux médias à Genève son porte-parole, Rupert Colville. Et d'ajouter: "il devrait y avoir zéro tolérance à l'égard des forces de maintien de la paix ou de toute autre personne dans le domaine des abus sexuels, des viols et des violences".

Si les autorités françaises ont bien sûr condamné les comportements de ses soldats, l'affaire a eu bien du mal à être révélée. Une enquête de l'ONU sur ces viols avait débuté au printemps 2014. Elle a été transmise aux autorités française en juillet 2014, mais d'une manière assez surprenante. Selon The Guardian, c'est un employé de l'ONU, Anders Kompass, qui aurait remis ce rapport à la France devant l'incapacité de l'ONU à régler le problème. Une décision contraire au protocole qui lui a valu d'être suspendu le 17 avril dernier.

C'est suite à l'intervention d'une ONG que l'affaire a fuité dans la presse. C'est Paula Donovan de Aids free world, organisation qui lutte contre les abus sexuels lors des opérations de maintien de la paix, qui a transmis l'information au Guardian.

Les faits auraient été commis sur une dizaine d'enfants entre décembre 2013 et juin 2014 dans le camp de réfugiés de l'aéroport de M'Poko, à Bangui, qui accueille des personnes déplacées. Des soldats français auraient obtenud des faveurs sexuelles en échange d'argent et de nourriture. Une enquête préliminaire a été ouverte en juillet 2014 en France. Trois soldats tchadiens et deux de Guinée-équatoriale se seraient livrés à de tels actes.

"Si certains militaires se sont mal comportés, je serai implacable", a réagi pour sa part, jeudi 29 avril, le président François Hollande, alors que le ministère de la Défense et l'armée, sur la défensive, ont multiplié les déclarations assurant ne rien cacher.

 

Auteur(s): Maxime Macé

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Quatorze militaires français sont accusés d'avoir violé des mineurs en Centrafrique.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-