Yanis Varoufakis compare les actions de ses créanciers à du "terrorisme"

Yanis Varoufakis compare les actions de ses créanciers à du "terrorisme"

Publié le 04/07/2015 à 12:09 - Mise à jour à 12:25
©Marko Djurica/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): B. Azaïs
-A +A

Le ministre des Finances grec Yanis Varoufakis a déclaré au quotidien El Mundo que ce que font les créanciers à la Grèce "s'appelle du terrorisme".

A la veille du référendum annoncé par le premier ministre grec Alexis Tsipras, le ministre des Finances grec a traité ses créanciers de terroristes. En effet, dans un entretien accordé au quotidien espagnol El Mundo, Yanis Varoufakis a déclaré: "Ce qu'ils font avec la Grèce a un nom: terrorisme". Accusant la Banque Centrale Européènne (BCE), le Fonds Monétaire international (FMI) et la Commission européenne de vouloir "humilier les Grecs", le ministre des finances, ancien professeur d’économie, a affirmé que les banques avaient été fermées dans le but d’apeurer le peuple. "Pourquoi est-ce qu'ils nous ont forcés à fermer les banques? Pour insuffler la peur aux gens. Et quand il s'agit de répandre la peur, on appelle ce phénomène le terrorisme", a-t-il déclaré.

A défaut d’être parvenu à trouver un accord avec ses créanciers, Yanis Varoufakis appelle les Grecs à voter "non" au référendum afin d’être en position de force lors de la reprise des négociations. "Il y aura un accord avec les créanciers, j'en suis complètement et absolument convaincu. L'Europe a besoin d'un accord, la Grèce a besoin d'un accord", a affirmé le ministre des Finances qui a promis de démissionner si le "oui" l’emportait.

Et si tel était le cas, le premier ministre reprendrait les négociations même si selon Yanis Varoufakis, cette réponse serait un message de peur. "Je crois que dans toute l'Europe il y a besoin de partis comme Syriza et Podemos, des partis à la fois critiques à l'égard du système mais en même temps pro-européens et démocrates. Ceux qui nous détestent veulent nous faire passer pour anti-européens, mais non, ce n'est pas vrai, nous ne le sommes pas".

 

Auteur(s): B. Azaïs

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Ce qu'ils font avec la Grèce a un nom: terrorisme", a déclaré Yanis Varoufakis, le ministre des Finances grec.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-