Rillieux-la-Pape: un policier frappe un gardé à vue en cellule devant les caméras de surveillance (vidéo)

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Rillieux-la-Pape: un policier frappe un gardé à vue en cellule devant les caméras de surveillance (vidéo)

Publié le 07/04/2017 à 12:42 - Mise à jour à 12:55
©Victor/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un policier comparaissait ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Lyon pour avoir frappé un homme en garde à vue, début février. La scène avait été captée par les caméras de surveillance.

Une série de six violents coups de poing au visage. Le 3 février dernier, un policier a frappé un homme placé en garde à vue au commissariat de Rillieux-la-Pape au nord de Lyon dans le Rhône. Une scène violente qui s'est déroulée dans une cellule où se trouvait une caméra de surveillance. Les images ont pu être récupérées par France 3 Rhône-Alpes qui les a diffusées.

La victime, Mohamed Chiki, était gardée à vue après avoir été interpellée pour des faits d'outrages et de rébellion. Particulièrement énervé, il aurait longuement provoqué le policier de garde qui a fini par rentrer dans la cellule pour le molester. L'un des coups de poing lui occasionnera quatre points de suture sur l'arcade sourcilière gauche.

Jeudi 6, le procès du membre des forces de l'ordre s'est déroulé devant le tribunal correctionnel de Lyon. Il comparaissait pour "violence volontaire sur un homme placé en garde à vue". "Je suis dépressif, avec des sautes d'humeur", a plaidé le policier. De son côté, la victime s'est dite "stressée" et "traumatisée" et est suivi psychologiquement depuis les faits. "J'ai eu l'impression d'être une femme battue qui ne pouvait pas se défendre", a-t-il expliqué.

En effet, selon France 3, le fonctionnaire avait été désarmé par mesure de précaution en mars 2016, alors qu'il était suivi en psychiatrie, avant de récupérer son arme quelques mois plus tard. Selon le site Radioscoop, ce brigadier aurait multiplié les arrêts maladie depuis deux ans.

Le jugement a ét mis en délibéré. 

(Voir ci-dessous la vidéo du policer frappant un homme placé en garde à vue)


Un policier frappe un homme placé en garde vue

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La victime, Mohamed Chiki, était gardée à vue après avoir été interpellée pour des faits d'outrages et de rébellion.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-