Mort de David Hamilton: retour sur le parcours contesté d'un photographe amateur de jeunes filles

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Mort de David Hamilton: retour sur le parcours contesté d'un photographe amateur de jeunes filles

Publié le 26/11/2016 à 12:54 - Mise à jour à 13:02
©Capture d'écran Youtube
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le photographe David Hamilton a été retrouvé mort vendredi dans son appartement, où il s'est probablement suicidé. L'homme était spécialisé dans un genre bien particulier: les jeunes filles nues et souvent mineures. Ces dernières déclarations, avant l'affaire Flavie Flament, avaient d'ailleurs déclenché des polémiques.

Flavie Flament aurait voulu obtenir justice, elle a annoncé être "dévastée" par la nouvelle de sa mort qui éteint toute possibilité de suites judiciaires: le photographe David Hamilton, 83 ans, a été retrouvé gisant dans son appartement du VIe arrondissement de Paris et n’a pu être ranimé par les secours qui ont en outre trouvé sur la scène des médicaments pouvant laisser penser à un suicide.

David Hamilton, accusé par Flavie Flament d’actes pédophiles alors qu’elle n’était âgée que de 13 ans, a-t-il mis fin à ses jours face au scandale qui grossissait et qui aurait pu le rattrapper? L’homme a en effet eu une carrière qui, si elle a connu son apogée dans les années 1970, était non seulement déclinante mais également sujette à des doutes sur la part d’ombre du personnage.

Le genre dans lequel David Hamilton a en effet basé sa renommée apparaît aujourd’hui pour le moins suspect, bien que très en vogue en son temps: les photos très dénudées de jeunes filles en fleurs. Les intitulés de ses recueils de photos ne laissent d’ailleurs guère de doutes sur les inspirations de l’artiste: Dreams of a Young Girl, La jeune fille - Le thème d’un photographe, Filles-Fleurs ou encore The Age of Innocence.

Et avant même que n’éclate "l’affaire Flavie Flament", quelques déclarations dans la presse du photographe jetaient déjà le malaise, laissant entendre que de l’artiste au satyre –et peut-être pire– l’écart semblait mince. L’homme n’hésitait pas à dire, pour trouver des modèles, qu’il aimait se rendre en Europe du Nord "où je faisais mon marché" précise-t-il dans une interview pour Gala en 2015. La même année, cette fois pour Le Parisien, il se plaignait que l’"on ne peut plus prendre en photo une jeune fille" de nos jours.

Flavie Flament, à l’époque où elle ne voulait pas confirmer l’identité de son agresseur présumé racontait quelques détails, laissant imaginer les pratiques possibles de l’individus vis-à-vis de ses modèles: "J’étais en vacances au Cap d’Agde avec ma famille. Nous étions à la terrasse d’un café un soir, sur le port, à manger un banana split. Je n’ai pas vu le prédateur arriver. Quand il a proposé à ma mère que je fasse des essais, elle était ravie". Le photographe, âgé alors d'une cinquantaine d'années, aurait profité d’une certaine proximité pour être en contact rapprochée avec celle qui n’avait que 13 ans: "Ma mère m’a ensuite emmenée, tous les après-midi chez lui, faire des photos".

David Hamilton, bien que de nationalité britannique, vivait depuis une cinquantaine d’années en France. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le photographe s'était fendu de quelques déclarations contestées.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-