Accélération du business entre Israël et les Emirats Arabes Unis - avec recyclage des covidollars

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Accélération du business entre Israël et les Emirats Arabes Unis - avec recyclage des covidollars

Publié le 02/02/2021 à 15:58 - Mise à jour à 16:51
PS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Philippe Simonnot, journaliste pour France Soir
-A +A

La première réunion de l’Abrahamic Business Circle s’est tenu à Dubaï le 31 janvier 2021. Un franc succès aux dires de ses organisateurs. L’enjeu était de taille. Il s’agissait en effet de traduire, en termes de business, les Accords Abraham, deux traités de paix entre Israël d’une part, et les Emirats Arabes Unis d’une part, et Bahreïn d’autre part, signés le 15 septembre 2020 à la Maison Blanche, accompagnés d'une déclaration tripartite signée aussi par le président américain, à l’époque Donald Trump, en tant que témoin.

L’Abrahamic Business Circle, un club d’hommes d’affaires et de dignitaires emirati, a été créé dans la foulée de cette brèche diplomatique. C’est une déclinaison économique et financière des Accords Abraham.

Fondateur et cheville ouvrière de ce club, Raphael Nagel, 50 ans, est un homme d’affaires d’origine judéo-germano-espagnole, familier de l’élite émiratie. « Après les perles, le pétrole et le tourisme, l’alliance avec Israël sera le nouveau moteur de croissance des Emirats », estime-t-il. Il partage la présidence du club avec le Sheikh Juma Bin Maktoum Juma Al Maktoum, membre de la famille royale.

Nagel est un homme d’affaires astucieux et heureux. L’un de ses hauts faits financiers est d’avoir racheté à bas prix en 2010 l’ancien Quartier Général de la Luftwaffe à Berlin, pendant la Seconde Guerre mondiale, de l’avoir converti en un site de fabrication dans le domaine de la nanotechnologie, et ensuite de l’avoir vendu à des investisseurs. « Je voulais changer quelque chose de négatif dans notre histoire, explique-t-il, en quelque chose de positif pour le futur. Pour un juif, cela a beaucoup de sens ».

Nagel a aussi son franc parler, avec des formules du genre : « prêter de l’argent à des amis est mon plus grand regret, car j’y ai perdu de l’argent et des amis ». Il ne voyage jamais en classe affaire, dit-il, même quand il en a l’opportunité, pour donner l’exemple à son staff. Pendant la crise financière de 2012-13, il a monté une fondation, Nagel Foundation, pour venir en aide aux familles démunies d’Espagne. Il est aussi un collectionneur d’art avisé, ayant acheté un Miro il y a quelque dix ans. Politiquement, c’est un fan de Benyamin Netanyahou, le Premier ministre israélien.

Lors de la réunion inaugurale du Club ce 31 janvier, un premier deal a été signé entre le Sheikh Juma Bin Maktoum Juma Al Maktoum, déjà nommé, et Tatiana Vishnevskaya, figure de la télévision russe, mais aussi spécialisée dans le conseil de placements aux UHNWI (Ultra High Net Worth Individuals ). Il s’agit d’“ultrariches”, hommes ou femmes, qui pèsent, chacun ou chacune, plus de 30 millions de dollars hors propriétés. Ce deal se propose d’attirer aux Emirats Arabes Unis 100 millions de dollars d’investissement dans les douze prochains mois. Mme Vishnevskaya est bien connue aux Emirats Arabes Unis où elle déjà fait du business avec le même prince.

Comme on le sait, les ultrariches se sont encore enrichis grâce à la pandémie du Covid, et il s’agit de recycler les covidollars, comme autrefois, à la fin des années 1970, on s’attelait à recycler les pétrodollars. Mais les pétrodollars allaient s’investir dans l’économie des pays consommateurs d’or noir, alors que les covidollars sont dirigés ici vers les sables arabes pour les arroser et les faire fleurir…On s’en réjouit puisque Raphaël Nagel se dit assuré des capacités de ce qu’il appelle la « diplomatie économique » à construire des ponts entre les peuples. Implanté lui-même à Dubaï, il voit les Emirats Arabes Unis comme un « hub global » pour les affaires dans tout le Moyen-Orient. L’Abrahamic Business Circle ne pourra que renforcer cette position.

Auteur(s): Philippe Simonnot, journaliste pour France Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le Prince, Tatiana Vishnevskaya et Raphael Nagel

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-