Carrefour place 90.000 salariés au chômage partiel et provoque la colère de tous les syndicats !

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 16 novembre 2020 - 10:32
Image
Les rayons fermés dans les points de Vente Carrefour
Crédits
BERTRAND GUAY / AFP
Des rayons fermé ont poussé Carrefour à recourir massivement au chômage partiel
BERTRAND GUAY / AFP

Carrefour a heurté les syndicats en officialisant sa décision de recourir massivement au chômage partiel. Certains n’hésitent pas à accuser le distributeur de fraudeur au chômage partiel.

Au cours du premier confinement, au printemps dernier, la Grande Distribution avait dû faire face seule pour répondre aux besoins des Françaises et des Français. Ce surcroit d’activité ne se retrouve pas lors de cette seconde version du confinement. Les rayons non-essentiels doivent rester fermés, les commerces de détail sont désormais équipés pour ne pas abandonner totalement toute forme de concurrence, comme avec l’explosion du Click & Collect notamment

La Grande Distribution recourt au chômage partiel

Alors que la période reste la plus dense, en temps normal, pour les hypermarchés et supermarchés, cette baisse d’activité a amené de grands groupes, comme Auchan, Casino ou Carrefour, à recourir au dispositif du chômage partiel.  Le recours est même massif au sein de Carrefour, puisque le distributeur a décidé d’instaurer le chômage partiel selon des règles qui lui sont propres :

  • 2-3 jours pour tous les salariés travaillant dans les rayons devant rester fermés
  • Un jour tous les 15 jours pour tous les autres salariés

Un détournement de l’argent public, dénoncé par les syndicats

Ce sont ainsi 90.000 salariés qui sont concernés par cette mesure, qui a amené toutes les organisations syndicales à dénoncer un dispositif présenté comme une « fraude ». Pour les travailleurs, ce n’est pas à l’argent public de financer une stratégie de baisse du coût du travail. Certains syndicats, comme la CDT ou la CFDT, se réservent le droit de saisir les juridictions compétentes. Pour Dominique Moualek, délégué Force Ouvrière , la décision de Carrefour a été prise en réaction à la politique du gouvernement :

"Aujourd'hui, la grande distribution, en clair, dit au gouvernement : 'Vous voulez nous interdire la vente des produits non essentiels, vous allez assumer une partie des salaires de nos entreprises'."

À LIRE AUSSI

Image
Elisabeth Borne le 10 mai 2020 à Paris
Formation professionnelle : comment et jusqu'à quelle date convertir le DIF en CPF ?
Avez-vous converti votre DIF (droit individuel à la formation) en euros sur votre compte personnel de formation ? Si ce n’est pas encore le cas, vous pouvez peut-être ...
09 novembre 2020 - 13:05
Société
Image
Pôle Emploi face à une hausse du chômage
Chômage en France, un recul en trompe-l’œil et un avenir morose qui s’annonce !
Le nombre de demandeurs d’emplois sans aucune activité a baissé de 11 % sur le 3ème trimestre. Une nouvelle réjouissante, qui masque cependant une réalité bien plus co...
01 novembre 2020 - 20:23
Société