Coiffure et esthétique à domicile : c’est non pour le gouvernement

Coiffure et esthétique à domicile : c’est non pour le gouvernement

Publié le 02/11/2020 à 10:10
© DENIS CHARLET / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A
Nouvelle illustration du « on décide d’abord, on organise après », les coiffeurs et esthéticiennes à domicile n’ont finalement pas le droit d’exercer pendant le confinement. 
 
Pourtant, les premières annonces avaient donné des raisons d’espérer à ces professionnels. 
 
Vendredi, 1er jour du confinement saison 2, la porte-parole du ministère de l’Intérieur répondait à une question sur BFM TV :
 
« Toutes les professions à domicile peuvent être maintenues (…) Pour les coiffures à domicile on a le droit, en respectant au maximum les gestes barrière »
 
Le diable se nichant dans les détails, on notera que Camille Chaise répondait sur la thématique de l’aide à domicile pour les personnes vulnérables. 
 
Cacophonie
 
La cacophonie a duré tout le week-end, les coiffeurs et esthéticiennes à domicile estimant qu’ils pourraient poursuivre leur activité. Certains se montraient néanmoins prudent, attendant
davantage d’informations pour ce lundi matin.
 
Et ils ont eu bien raison, puisque le couperet est tombé, de la bouche de Bruno Le Maire sur RTL et d’Alain Griset sur France Info :
 
« Nous corrigerons les choses dans la journée et la coiffure à domicile ne sera plus possible »
 
Pour justifier sa décision, le ministre de l’Economie évoque un « souci d’équité » vis-à-vis des salons, qui eux ont dû baisser le rideau vendredi.
 
De son côté, le ministre délégué au PME a estimé que « le domicile est encore plus dangereux qu’en salon ».
 
Du côté des salons, on ne comprend pas, de toute manière, la fermeture imposée dans une période cruciale pour le chiffre d’affaires. Selon l’Union nationale des entreprises de coiffure, 10000 à 20000 enseignes, sur les 76000 recensées dans l’Hexagone, pourraient disparaître. 
 
Pour le secteur de la coiffure et de l’esthétique à domicile aussi, dont les professionnels sont tous indépendants, l’avenir s’annonce bien sombre. 
 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les salons sont fermés, les professionnels à domicile interdits d'exercer

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-