Confinement : les produits "non essentiels" que vous ne pourrez plus acheter dans les supermarchés à partir de mercredi

Confinement : les produits "non essentiels" que vous ne pourrez plus acheter dans les supermarchés à partir de mercredi

Publié le 03/11/2020 à 10:19 - Mise à jour à 10:21
THIERRY ROGE / Belga / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A
Face à la grogne des commerçants indépendants, qui dénoncent une absence d’équité en cette période de confinement, le gouvernement a décidé de fermer certains rayons de supermarchés.
 
Un décret modificatif est donc paru ce mardi au Journal Officiel, qui stipule les produits dits « essentiels » pouvant être vendus en grande surface. La mesure entrera en vigueur mercredi.
 
Les livres, les jouets, les fleurs, les vêtements et chaussures, ou encore le petit électroménager, disparaissent des rayons des « supermarchés, magasins multi-commerces, hypermarchés et autres magasins de vente d’une surface de plus de 400 m² », comme le précise le décret. 
 
Hygiène et puériculture
 
Les grandes surfaces sont autorisées à vendre des produits d’hygiène, de toilette, d’entretien et de puériculture.  
 
S’y ajoutent les produits qui étaient déjà autorisés à la vente dans des magasins spécialisés, comme la papeterie, les équipements informatiques et de communication, ou encore les produits parapharmaceutiques.
 
Au vu du décret, un doute subsiste sur les produits de beauté de type maquillage, qui ne sont pas mentionnés dans le texte et n’apparaissent pas sur la liste des « produits essentiels ». 
 
Les commerçants ne désarment pas
 
Cette décision de fermeture de certains rayons ne calme pas la colère des commerçants de proximité. On se doute en effet qu’elle va surtout profiter aux grandes plateformes de e-commerce, à l’heure où la plus importante d’entre elles, Amazon pour ne pas la citer, annonce (déjà) une augmentation de 37% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre (et 6,3 milliards de dollars de bénéfices).
 
Une vingtaine de fédérations professionnelles, la CPME et le Medef viennent de signer un communiqué commun dans lequel ils réclament la réouverture des commerces dès le 13 novembre et « de véritables mesures de soutien ». 
 
« Les décisions prises ne peuvent être acceptées que lorsqu’elles sont comprises et ressenties comme justes par tous »
 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les livres disparaissent des rayons

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-