De la dette Publique à la Révolution, de la Révolution à la Terreur

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

De la dette Publique à la Révolution, de la Révolution à la Terreur

Publié le 28/01/2021 à 17:06
Pexels
PARTAGER :

Auteur(s): Philippe Simonnot pour FranceSoir

-A +A

Comme nombre d’économistes français  continuent de déconner en plaidant démagogiquement pour une annulation de la dette publique, on ne saurait trop conseiller la lecture du dernier ouvrage d’Emmanuel de Waresquiel, Les Sept Jours, 17-23 juin 1789 (Editions Taillandier). Ce livre prodigieux   nous montre en effet qu’une institution vieille de mille ans -  la monarchie française – a été balayée en une semaine par la banqueroute. Tout compte fait, c’est peut-être une nouvelle révolution que cherchent nos apprentis-sorciers, mais alors qu’ils le disent ! Et qu’ils méditent sur cette semaine cruciale.

Sur un terrain déjà labouré par des milliers de chercheurs, Waresquiel a eu l’art et la patience de dénicher des archives encore vierges (réserves de la bibliothèque municipale de Versailles, fonds privés en pagaille, écrits journaliers des députés envoyés aux Etats Généraux etc., etc.) qui lui ont permis de jeter une lumière nouvelle et crûe sur une histoire pourtant rabâchée par plusieurs générations d’historiens,  souvent de première pointure. Et, ce qui ne gâte rien, l’auteur nous fait sentir, par une succession de courts chapitres incisifs, écrits à la pointe-sèche, le halètement brûlant de l’Histoire. Son livre fait penser irrésistiblement au chef d’œuvre d’Aragon, La Semaine sainte, qui établit lui aussi la chronique de sept journées tragiques, du 19 au 26 mars 1815, au cours desquelles Louis XVIII a fui devant Napoléon, de retour de l’Ile d’Elbe. Mais Aragon de son propre aveu avait écrit un roman, alors que Waresquiel nous fait cadeau d’un livre d’histoire au sens le plus rigoureux du terme.

L’enchaînement fatal de la révolution peut être résumé de la manière suivante.

Les Etats Généraux ont été convoqués parce que la monarchie avait déjà, depuis des décennies, la manie de dépenser plus qu’elle ne gagnait, et qu’elle cherchait une solution qui lui permette de rééquilibrer ses comptes. En 1770, déjà, le régime avait été menacé par une banqueroute partielle. La situation n’a fait ensuite que s’empirer, et la Couronne dut recourir aux « anticipations », c’est-à-dire des avances gagées sur les recettes fiscales à venir, prêtées au Trésor public par ceux-là même qui étaient chargés de percevoir les impôts. « La France, note un diplomate prussien, est comme un jeune homme qu’on ne peut libérer de ses dettes, car plus il a de l’argent, plus il a de crédits, plus il en mange ». On doit trouver aujourd'hui des notes de la même encre de l’ambassadeur  d’Allemagne en France  relatant à la chancellerie de Berlin l’incapacité congénitale de l’Etat français depuis Giscard à équilibrer ses comptes.

En 1789, l’intérêt payé sur l’ensemble de la dette publique équivaut au tiers du revenu annuel de l’Etat ! En mai de cette même année, la présentation, pourtant arrangée des comptes, qui est faite à l’ouverture des Etats Généraux, fait état d’une dette publique de plus de 4 milliards de livres alors que les recettes ne dépassent pas les 470 millions et que les dépenses leur sont encore supérieures malgré les coupes budgétaires consenties depuis deux ans. Bien sûr, les frais de la Cour sont jugés les principaux  responsables de cette gabegie. On sait aujourd'hui qu’il n’en est rien. « C’est le service de la dette qui plombe les comptes de l’Etat », démontre notre auteur.

Marâtre Nature aggrave encore les effets de la crise financière. En effet, cette salope  s’offre un caprice au plus mauvais moment. Aujourd'hui, c’est le COVID. En 1788-1789, ce fut une météo exécrable : orages, grêles, hiver particulièrement rigoureux, printemps tardif. Même le mois de juin est maussade.  Versailles patauge dans la gadoue. Or la population française a augmenté de 30% depuis le début du siècle, passant de 19 à 25-26 millions d’habitants. D’un coup, le déséquilibre des marchés des grains s’accentue. Il en résulte une flambée des prix du pain, des émeutes de la faim   récurrentes, qui tournent trop souvent à l’émeute fiscale. La misère se répand dans tout le royaume.Les impôts ne rentrent plus.

Comme l’impéritie des finances publiques empêche de payer convenablement  gendarmes et soldats, les troubles deviennent de plus en plus difficiles à réprimer. Nombreux sont ceux qui crient à l’ « impunité » des gilets jaunes de l’époque. Le Roi lui-même est mal gardé par des régiments sous-payés. Au dernier moment, Louis XVI fait distribuer des suppléments d’appointements. Mais comme le dit  Waresquiel, « quand on augmente les gages, c’est rarement par générosité, c’est qu’on n’est pas sûr des gagistes ».

Pour aggraver encore le climat social et politique, a fleuri  toute une activité de publicistes, de faiseurs de libelle, de salons libéraux très bavards. Des brochures de toutes sortes inondent le Royaume depuis début 1789. Après l’ouverture des  Etats Généraux, le public veut lire chaque jour  le compte rendu des séances. Le ton et les précautions des anciennes gazettes sont très vite dépassés. « On publie à chaud, note Waresquiel, on ne vérifie pas grand-chose et on s’inquiète peu des fausses nouvelles ». Tous les jours, la presse parisienne est relayée immédiatement par les presses de province, amplifiant une révolution de l’information fort semblable à celle que nous connaissons depuis l’irruption d’Internet. Les fake news prolifèrent. Evidemment, les monarques en sont les premières victimes. Ainsi les députés du tiers-état, persuadés que la Reine Marie-Antoinette a fait aménager chez elle au Petit Trianon un cabinet entièrement tapissé de diamants, de saphirs et de rubis, demanderont obstinément à le voir … et ne le trouveront pas. Un autre jour la même Marie-Antoinette est soupçonnée de faire sauter la salle où se réunissent les députés. Des obscénités circulent sur son compte. Cible idéale des cartoonists de caniveaux, elle   est devenue la Reine des Maléfices, Médée et Hécate tout à la fois, empoisonneuse et même incestueuse au point qu’il faudra la séparer de son fils quand elle sera enfermée dans les geôles de la Conciergerie.  Cet inceste supposé sera même un argument de l'accusateur public Antoine Fouquier-Tinville pour l’envoyer à l’échafaud.

Au commencement était le Mot

Si les Français devaient écrire leur évangile, ils le débuteraient, non par la formule johannique : Au commencement était le Verbe (Jean, 1,1) mais par celle-ci : Au commencement était le Mot, ce qui est plus qu’une nuance.

« En France, les mots précèdent les choses », remarque notre auteur avec pertinence.

 Le premier de ces mots, inventé par un obscur avocat, député de Bourges, un certain Jérôme Le Grand, dont tout le monde a oublié l’existence, c’est celui d’Assemblée nationale, le 17 juin 1789. Dire qu’on est le peuple, comme l’auraient voulu certains députés du Tiers-Etat, c’était laisser encore de la place à ceux qui n’en étaient pas, le clergé, l’aristocratie d’Etat, la petite noblesse de province. Du reste, les députés du Tiers étaient plutôt des gens de robe, des avocaillons de Paris, des commerçants, des nobles déclassés, des prêtres du bas-clergé en rupture d’obéissance à des évêques détestés - fort peu de paysans parmi eux alors que l’essentiel de la richesse française vient encore de la terre. En décrétant leur réunion « Assemblée Nationale », en proclamant dans la foulée « l’indivisibilité de la nation », ils s’arrogent d’un seul coup ce jour-là la souveraineté.

Par ces deux mots, le successeur lointain de Saint Louis, le Roi  Louis XVI, qui fut sacré à Reims, se trouve d’un coup  dépourvu de toute légitimité. Il est décapité symboliquement, ce 17 juin 1789, avant de l’être pour de bon le 21 janvier 1793.

Il faut bien voir que l’absolutisme qui vient de surgir ainsi au sein de l’Assemblée risque d’être infiniment plus efficace que celui qu’il remplace, débarrassé des privilèges, exemptions et autres innombrables libertés concrètes qui en contrariaient l’exercice sous la monarchie.

Le 20 juin, trois jours après ce premier coup de force, les députés du Tiers, qui se croient menacés, bien à tort, par les troupes royales, déclarent par le Serment du Jeu de Paume,  que « là où nous sommes est l’Assemblée nationale […]  dans quelque lieu qu’elle soit forcée de s’établir ». Par le même serment, elle se proclame constituante, permanente, unanime et indivisible.

Trois jours encore, et  voici que le 23 juin cette même Assemblée se déclare tout simplement  « inviolable », grâce à la célébrissime réplique de  Mirabeau à l’envoyé du Roi qui veut gentiment faire vider les lieux : « Nous sommes ici par la volonté du peuple et nous n’en sortirons que par la force des baïonnettes. ». Phrase qui n’a jamais été prononcée telle  quelle, et qui a été reconstituée après coup, comme le montre superbement Waresquiel.

Tout s’est bien joué en une semaine et pour les siècles suivants. La formule magique Assemblée Nationale figure encore en lettres d’or su le fronton de l’édifice qui l’abrite et que l’on dénomme Palais-Bourbon parce qu'il fut construit entre 1722 et 1728 par la famille Bourbon. Chiasme bizarre de l’histoire de France où deux légitimités se conjuguent sur un même édifice, fort laid au demeurant.

Aujourd'hui, grâce à la Cinquième République, fondée par Charles de Gaulle, un disciple non avoué du monarchiste Charles Maurras, le pouvoir est passé de l’autre côté de la Seine,  à l’Elysée. Mais la légitimité du pouvoir, où qu’il se réfugie,  n’est-elle pas de plus en plus contestée  en ces jours d’angoisse et de colère ?  

« Est-ce donc les mots qui font les choses, s’est demandé sur le moment un député de la noblesse, François de Virieu, estomaqué par  tout ce verbiage. Me devrait-on des respects et de l’encens si je me constituais pape un beau matin ? Cela est fou, enragé, et ne peut changer la nature des choses ». Enragé ? Ainsi désignera-t-on bientôt  les révolutionnaires les plus radicaux, qui, précisément, voulaient changer la nature des choses.

Payer la dette avec des mots

Cela est d’autant plus fou que non seulement on se paye de mots, mais que l’on compte payer, avec des mots elle aussi, la dette publique à l’origine de tout ce branle. Cette dette est mise « sous la protection de la Nation », affirme-t-on superbement  pour rassurer les créanciers et autres rentiers, de plus en plus inquiets de l’évolution de la situation. Mirabeau va jusqu'à écrire magnifiquement, absurdement : « Le déficit est le trésor de la nation ». C’est qu’on n’a plus confiance dans le roi et qu’on escompte que la toute nouvelle l’Assemblée nationale saura restaurer les finances du royaume. On votera bientôt des emprunts – 30 puis 80 millions – que personne ne souscrira.

Les déconnomètres, évoqués plus haut, diront peut-être que si l’ancien ou le nouveau régime avaient, en 1789,  disposé d’une  planche à billets analogue à celle que la Banque Centrale Européenne fait marcher à plein tube depuis dix ans -  en accéléré depuis l’irruption du COVID -, la faillite finale de toute cette aventure eût pu être évitée.

Ce serait mal connaître l’histoire. L’an 1789 n’était pas terminé que l’Assemblée nationale votait l’institution des assignats, après un beau discours de Mirabeau, encore  lui : « Quoi ? déclame-t-il à la tribune de l’Assemblée, serait-il nécessaire de le dire ? On parle de vendre, et l’on ne fournirait au public aucun moyen d’acheter ! On veut faire sortir les affaires de leur stagnation, et l’on semblerait ignorer qu’avec rien on ne fait rien ; on semblerait ignorer qu’il faut un principe de vie pour se remuer, pour agir et se reproduire ! […]. C’est le numéraire qui crée le numéraire ; c’est ce mobile de l’industrie qui amène l’abondance ; […] jetez donc dans la société ce germe de vie qui lui manque ; et vous verrez à quel degré de prospérité et de splendeur vous pourrez dans peu vous élever[1] ». Christine Lagarde, la présidente de la Banque Centrale Européenne ne dit pas autre chose à chaque fois qu’elle ouvre la bouche, avec  moins de style, il est vrai

La monnaie-papier a conduit la France de la Révolution à la Terreur, nos déconnomètres le savent-ils assez ?

La France n’est sortie  de cette gabegie sanglante que par un coup d’Etat non seulement politique (le Brumaire de Bonaparte), mais monétaire : la création en 1803 du Franc germinal, convertible en or, à l’abri des manipulations des princes qui nous gouvernent. Le résultat   a été un siècle de prospérité où la France a enfin trouvé une place honorable dans l’économie du monde.  Une leçon pour aujourd'hui …

 

 

Auteur(s): Philippe Simonnot pour FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


De la dette Publique à la Révolution, de la Révolution à la Terreur

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-