ESS : Licoornes, ces 8 coopératives veulent concurrencer les grands groupes

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

ESS : Licoornes, ces 8 coopératives veulent concurrencer les grands groupes

Publié le 19/03/2021 à 11:58 - Mise à jour à 12:18
© FRED DUFOUR / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Huit sociétés coopératives d’intérêt collectif, parmi lesquelles Label Emmaüs, viennent de s’associer pour concurrencer les grands groupes. Réunies autour de valeurs communes, ces "Licoornes" entendent bien proposer un autre modèle économique, plus écologique et solidaire.

 

Un contre-modèle aux grands groupes

Ces entreprises s’appellent Label Emmaüs, Railcoop, Coopcircuits, la Nef ou Commown, sont des actrices du secteur de la seconde main, des transports, de l’alimentation, de l’épargne ou encore de la téléphonie et Internet. Leur point commun ? Un mode d’organisation coopératif et une volonté : celle de devenir une véritable alternative aux grands groupes et à leur modèle économique basé sur le capitalisme.

 

Dans un article publié samedi 13 mars, l’Humanité nous apprend que ces huit sociétés coopératives d’intérêt collectif (SCIC) viennent de se rassembler en un collectif malicieusement baptisé Licoornes afin d’unir leurs forces et d’injecter plus de valeurs sociales, écologiques et solidaires dans leur secteur respectif.

 

Un mode de fonctionnement coopératif

Le point commun de ces entreprises est d’abord leur statut de SCIC, ce qui signifie qu’elles sont la propriété de leurs salariés sociétaires et de partenaires, qui disposent tous d’une voix, quel que soit le montant de leur investissement. Selon Jérôme Du Boucher, chargé du projet des Licoornes au sein du Collectif pour une transition citoyenne, ce mode de fonctionnement est "presque un projet politique", qui permet "de trouver un consensus à partir d’intérêts divergents".

 

Des valeurs communes

Elles sont aussi rassemblées autour de valeurs communes, parmi lesquelles l’écologie, la justice sociale, la solidarité. "On constate que le capitalisme a infusé dans l’économie sociale, à travers les start-up sociales notamment. On veut faire un pas de côté par rapport à cette logique, revenir aux principes fondamentaux", souligne Jérôme Du Boucher, qui souhaite aussi désormais faire connaître ces Licoornes au grand public. "Le but, c’est, dans dix à vingt ans, de renverser les tendances et que l’économie sociale et solidaire soit leader sur ces marchés de consommation de masse."

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Emmaüs

Newsletter





Commentaires

-