Janvier sans alcool: la ministre de la santé ne suit pas

Janvier sans alcool: la ministre de la santé ne suit pas

Publié le 31/12/2019 à 07:34 - Mise à jour le 02/01/2020 à 09:23
DR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): France-Soir
-A +A

Ne pas boire une goutte d’alcool pendant un  mois. Cet engagement réunira à partir du premier janvier 2020 les participants au Dry January à la Française, une opération, que le gouvernement n’a pas souhaité soutenir.

Réduire sa consommation d’alcool fait partie des bonnes résolutions les plus plébiscitées par les Françaises et les Français à l’occasion du changement d’année. Mais c'est un peu quand on leur demande quelle est leur chaine préférée: on repond Arte tout en regardant TF1.

Et donc, cette volonté partagée par beaucoup n’a pas permis à la France de se laisser séduire par le Dry January, littéralement «Janvier Sec». Imaginée par les britanniques en 2013, cette opération propose à tous les participants de ne pas consommer une seule goutte d’alcool pendant le premier mois de la nouvelle année. Alors 2020, marquera-t-elle une première victoire pour l’opération en France?

 

À lire aussi: Ricard : trois salariés devenus alcooliques dénoncent leur employeur (VIDEO)

 

Aucune goutte d’alcool en Janvier, une ambition louable

Les objectifs à l'origine de cette action sont multiples. Détoxifier l’organisme après les éventuels excès des fêtes de fin d’année, Puis permettre à chacun de prendre conscience que supprimer sa consommation d’alcool a des effets bénéfiques sur la concentration, la qualité du sommeil, et... fin des fins inciter chacun à réduire durablement leur consommation d’alcool pour le reste de l’année et les suivantes.

 

En même temps, une opération non validée par le gouvernement

 

Exportée dans de nombreux pays, cette opération devait être lancée officiellement en France pour cette nouvelle année sous le nom « Janvier sans Alcool ». Pourtant après des semaines de discussions et de concertation entre les associations, les acteurs du marché des vins et spiritueux, Agnès Buzyn, Ministre de la Santé, expliquait que l’opération n’avait «pas été validée».

Les associations de lutte contre les addictologies et contre l’alcoolisme se sont insurgées de cette décision, prise, selon eux, pour répondre au lobbying des vignerons et des industriels concernés. La Fédération Française d’Addictologie (FFA) a même décidé de lancer sa propre opération « Mois Sans Alcool » en créant son propre hashtag   #LeDéfiDeJanvier et une page Facebook dédiée

L’absence du soutien des autorités publiques donne moins de visibilité à l’opération, qui ne connaitra donc pas le succès du Mois sans Tabac notamment. Les organisateurs de ce Dry January à la Française ne désespèrent pas de convaincre les autorités publiques pour l’édition de 2021, soulignant qu’avec 42.000 morts par an, l’alcool reste la seconde cause de mortalité évitable en France.

 

À lire aussi: Le "Moi(s) sans tabac" de retour le 1er novembre, 30 jours pour arrêter de fumer

Auteur(s): France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un mois sans alcool, une occasion manquée

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-