Michel-Edouard Leclerc et le pass vaccinal dans ses centres : le piteux rétropédalage

Michel-Edouard Leclerc et le pass vaccinal dans ses centres : le piteux rétropédalage

Publié le 12/01/2022 à 16:00
Fred TANNEAU / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Se cacher derrière les excès des réseaux sociaux : un alibi commode, mais qui ne suffit pas à dissimuler le rétropédalage du président du groupe des centres E. Leclerc, Michel-Édouard Leclerc. Une prestation relevant presque de la gymnastique artistique, mais qui masque bien mal un changement de discours assez net.

Il a affirmé hier, mardi 11 janvier, dans l’émission Apolline Matin sur RMC, qu’il n’a jamais « milité pour le passe vaccinal ». Le fils du fondateur de l’enseigne E. Leclerc est complètement revenu sur ses propos tenus une semaine plus tôt, le 4 janvier face à Laurence Ferrari, chez CNews, où il envisageait d’instaurer des contrôles de passe vaccinal à l’entrée de ces supermarchés et hypermarchés, dans le cas où la loi le demanderait. Cette volonté de contrôler les consommateurs a valu à la marque des menaces de boycott sur les réseaux sociaux, où les internautes se montraient atterrés par les propos de l’entrepreneur.

Face à Apolline de Malherbe, le fils d’Edouard Leclerc affirme hier : « d’abord il y a eu un malentendu ou une manipulation, il y a plein de fake news sur les réseaux sociaux ». Dans l’extrait ci-dessus, on peut comparer les propos avant/après et constater qu’il revient clairement sur chaque assertion : le 4 janvier, le président expliquait : « d’abord nous saurons faire [en termes de contrôle], nous sommes dans une stratégie volontariste, [sur le passe vaccinal] on fera avec. Les non-vaccinés ne viendront pas. »

Voir aussi : "Michel-Édouard Leclerc sur le passe vaccinal : "Pfff, c'est quoi une rupture d'égalité ?"

Lorsque Laurence Ferrari, sur le même plateau, lui demande « N’est-ce pas une rupture d’égalité ? », l’entrepreneur rétorque, lassé par la question : « Qu’est-ce que ça veut dire une rupture d’égalité ? »

Sept jours plus tard, avec une assurance un peu surjouée, ses propos se transforment en : « on ne sait pas faire, on n’a pas envie d’avoir à appliquer le passe sanitaire à l’entrée des centres commerciaux. Nous ne voulons emmerder personne, ni nos clients, ni nos salariés. Ces salariés sont traversés par les mêmes hésitations et les mêmes oppressions [...] »

Rappelons que la mise en place du passe sanitaire dans les centres commerciaux avait déjà été cassée par certaines décisions de justice dès cet été, le passe sanitaire ne pouvant pas empêcher les consommateurs potentiels d’accéder aux « biens et services de première nécessité ».

Voir aussi : "Le passe sanitaire suspendu dans les centres commerciaux des Yvelines et du Nord".

Michel-Édouard Leclerc, sentant la pression peser sur ses propos, s’empresse ensuite de changer de sujet, pour enchaîner sur les objectifs de l’enseigne en termes de croissance. Celui qui disait une semaine auparavant, à ce sujet, « on va pas en faire tout un plat » serait-il touché ? A-t-il été rattrapé par la réalité, découvre-t-il un sujet plus complexe qu’il ne le pensait ?

En définitive, ce changement de pied non assumé, avec réécriture de l'histoire, donne raison sur un point à Michel-Edouard Leclerc : « il y a plein de fake news sur les réseaux sociaux »... Y compris celles qu'il fabrique lui-même !

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Michel-Edouard Leclerc

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-