Réforme des retraites : un retour par la petite porte ?

Réforme des retraites : un retour par la petite porte ?

Publié le 09/06/2020 à 09:56
© Loic VENANCE / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A
La grève dans les transports, les grandes manifestations et finalement le recours au 49.3 pour faire adopter le texte à l’assemblée paraissent bien loin. C’est finalement la crise du coronavirus qui semblait avoir eu raison de la réforme des retraites. Est-elle abandonnée ? Pas si sûr. 
 
A la mi-mars, lors de sa seconde allocution sur l’épidémie et ses conséquences, Emmanuel Macron avait en effet annoncé la suspension de toutes les réformes en cours, y compris, donc, celle des retraites. Or une suspension n’est pas une annulation, et le président ne semble pas en avoir abandonné complètement l’idée si l’on en croit des proches du chef de l’État cités par France Info. 
 
Pas à l’ordre du jour
 
Le discours des figures de la majorité a effectivement évolué. On est passé du « je ne suis pas certain qu’on pourra mener la réforme des retraites d’ici la fin du quinquennat » (Stanislas Guérini, délégué général de LaREM en mai) à « il faudra probablement l’adapter » (Gilles Legendre, président du groupe à l’Assemblée nationale début juin).
 
La réforme dans sa globalité n’est effectivement pas à l’ordre du jour si l’on en croit d’une part la rencontre entre Emmanuel Macron et les syndicats du 4 juin, d’autre part l’agenda parlementaire, où elle n’apparaît pour l’heure nulle part. Mais on sait aussi que le chef de l’État consulte beaucoup en ce moment, pour annoncer les grandes lignes de la fin de son quinquennat avant la mi-juillet. 
 
Des mesures éparpillées ? 
 
Question, la réforme des retraites pourrait-elle revenir par la petite porte, c’est à dire par une série de mesures discrètes ? Elles pourraient qui plus est être publiées par décret, comme l’autorise l’état d’urgence sanitaire, prolongé, pour l’heure, jusqu’au 10 juillet. Ou bien dans le cadre du projet de loi de finances rectificative, à l’agenda de l’Assemblée nationale à partir de mercredi. 
 
Côté syndicats, on craint par exemple l’adoption de mesures comme l’augmentation du nombre de trimestres pour obtenir sa retraite à taux plein ou une décote sur le régime de base. Et bien sûr le fait que ce type de mesures ne soit pas de nature à mobiliser les opposants dans la rue – qui plus est occupée par les manifestants contre les violences policières et bientôt (à partir du 16 juin) par les personnels hospitaliers. 
 
L’un des seuls à ne pas y croire vraiment, c’est François Patriat, le patron des marcheurs au Sénat, pour qui « la réforme des retraites sera globale ou ne sera pas ». 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les syndicats craignent de ne pas pouvoir faire revenir les opposants dans la rue

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-