Souveraineté alimentaire : la France est-elle trop dépendante des importations ?

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 17 mai 2021 - 18:28
Image
La présidente de la FNSEA Christiane Lambert, le 3 octobre 2018 à Cournon d'Auvergne
Crédits
© Thierry Zoccolan / AFP
La présidente de la FNSEA Christiane Lambert
© Thierry Zoccolan / AFP

Dans un entretien accordé au JDD, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert s’inquiète de la trop grande part accordée par la France aux importations, et met en garde contre la perte de notre souveraineté agroalimentaire.

 

Une forte hausse des importations

Fleuron de la balance commerciale de notre économie, le secteur agricole et agroalimentaire est-il menacé par les importations ? C’est en tout cas l’avis de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA). Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, sa présidente Christiane Lambert s’inquiète de la perte prochaine de souveraineté alimentaire de la France.

En cause, selon le syndicat agricole : une forte hausse des importations agroalimentaires depuis le début de la crise du covid-19. « La pandémie a révélé nos fragilités », estime Christiane Lambert. À l’heure actuelle, « 60% des fruits que nous mangeons sont importés, la moitié des volailles, 40% des légumes et même un quart de la viande bovine », ce qui « creuse chaque année davantage » le déficit de la France et met à mal l’agriculture française. « Au rythme actuel, dans deux ans, la France va devenir importatrice nette de produits agricoles. Du jamais-vu depuis quarante-cinq ans. Si rien n'est fait, la France ne sera plus capable de subvenir seule à ses besoins alimentaires dès 2023 », affirme la présidente de la FNSEA.

Un changement des habitudes alimentaires

Pour Christiane Lambert, cette forte hausse des importations n’est pas seulement due à la crise sanitaire. Elle est aussi emblématique du changement des habitudes alimentaires des Français. Ces derniers souhaitant mieux s’alimenter, ils ont peu à peu délaissé les produits de l’agriculture de masse. « Miser sur les labels et la qualité, c'est louable. Mais l'essentiel de la population se nourrit aujourd'hui avec du milieu de gamme. Ce sont des produits qu'il nous faut désormais importer massivement, qu'il s'agisse de fruits, de légumes, de volailles ou de vins. Nous devons produire pour tous les marchés et pour tous les budgets », analyse-t-elle.

Un sommet sur la souveraineté alimentaire

Il est pourtant possible pour la France de maintenir sa compétitivité et ainsi de conserver sa souveraineté alimentaire. C’est d’ailleurs tout l’enjeu d’un sommet organisé par la FNSEA mardi 18 mai, en présence d’Emmanuel Macron et du commissaire européen Thierry Breton. « Le 12 mars 2020, à la veille du premier confinement, le président de la République a déclaré que "déléguer à d'autres notre alimentation serait une folie" et qu'il fallait "en reprendre le contrôle". Même s'il s'agissait aussi d'un constat de faiblesse, ces mots ont été un énorme encouragement pour l'ensemble des agriculteurs. Pour nous tous, la crise sanitaire – pendant laquelle la chaîne alimentaire a tenu bon – marque un tournant. Ce rendez-vous doit permettre d'aller plus loin, de dépasser ce constat et d'empêcher une dégradation supplémentaire. »

À LIRE AUSSI

Image
Le marché de Rungis, dans le Val-de-Marne, en pleine activité, le 1er décembre 2017
Le Marché de Rungis va s'étendre au nord de Paris avec nouvelles plateformes et volet agricole
La Semmaris, société gestionnaire du Marché de Rungis, a confirmé vendredi son projet de développer "un espace de production agricole sur le Triangle de Gonesse et une...
07 mai 2021 - 22:08
Société
Image
Des supporters britanniques boivent des bières sur une terrasse de Madrid avant un match entre Leicester et l'Atlético Madrid, en avril 2017
Au Royaume-Uni, la réouverture des pubs entraîne une pénurie de bière
Outre-Manche, la réouverture des pubs mi-avril a entraîné une forte hausse de la consommation de bière… Au point que les stocks constitués pendant le confinement sont ...
07 mai 2021 - 12:00
Société
Image
enfants
Pauvreté et covid : mauvaise alimentation et stress parental, des facteurs aggravants
Alors qu’il y a deux ans 2,9 millions d’enfants (soit 21 %), vivaient sous le seuil de pauvreté, la pauvreté infantile est dans une phase d’aggravation en raison de la...
29 avril 2021 - 19:52
Société

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.