Changer de travail : pourquoi écouter ses émotions est fondamental

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 22 septembre 2021 - 13:08
Image
Ecouter ses émotions permet d'éviter de sombrer vers le burn-out
Crédits
Tim Gouw / Unsplash
Être à l'écoute de ses émotions au travail pourrait nous permettre de prendre de meilleures décisions dans notre carrière
Tim Gouw / Unsplash

Nous avons tendance à les ignorer, à tenter de les refouler. Pourtant, même les plus désagréables de nos émotions (peur, tristesse, colère) sont d’excellents alliés pour nous aider à prendre des décisions, notamment en période de transition professionnelle.

Entre peur, stress et excitation, la question de la transition professionnelle génère bien souvent des émotions très fortes. Qu’il s’agisse d’un changement de poste, d’entreprise ou d’une reconversion professionnelle totale, cette période nous questionne en profondeur et c’est tout naturel. Dans un article publié sur Welcome To The Jungle, la psychologue, coach et consultante RH Cécile Pichon nous invite à accueillir ces émotions et à les utiliser pour trouver les ressources qui nous manquent parfois pour provoquer un changement, décider de sauter le pas… ou non.

Quand les émotions nous aident à mieux penser

Refouler nos émotions désagréables telles que la peur, le stress ou la colère est un réflexe pour nombre d’entre nous, tout autant, d’ailleurs, dans la sphère personnelle que professionnelle. Pourtant, rappelle Cécile Pichon dans son article, étymologiquement, le terme émotion désigne « ce qui nous meut ». Au lieu de les ignorer, nous aurions donc plutôt intérêt à nous mettre à leur écoute : elles nous permettraient, selon de nombreuses études, et notamment celles du chercheur en neurobiologie Antonio Damasio dans les années 90, une plus grande rapidité et une meilleure efficacité de la pensée.

Pourtant, en fonction de notre éducation et de notre histoire individuelle, nous avons tendance à croire qu'il est préférable d'écouter davantage nos pensées que nos émotions. Nos décisions nous apparaissent alors comme plus rationnelles. Mais c’est pourtant lorsque le choix nous semble particulièrement difficile, voire impossible, lorsque nous avons le sentiment que nous ne parviendrons pas à prendre la bonne décision de manière rationnelle, que se mettre à l’écoute de nos émotions peut nous aider.

Nos émotions trahissent nos besoins

Les émotions désagréables telles que la peur, la tristesse et la colère sont comme un signal d’alarme. Elles traduisent un besoin non satisfait. Se mettre à leur écoute est le premier pas pour évaluer un éventuel besoin de changement. Certes, il ne s’agit de prendre des décisions radicales à la moindre contrariété. Dresser une liste des avantages et des inconvénients à chaque situation s’impose. En revanche, se mettre à l’écoute de soi-même permet, en période de transition, d’évaluer notre état et de noter des évolutions.
Bien sûr, il ne s’agit de devenir esclave de nos émotions et de se laisser aveuglément guider par elles, précise Cécile Pichon. Si avoir peur à l’aube d’un changement professionnel est naturel, un excès de peur peut aussi être interprété comme un garde-fou, un frein vers une décision qui n’est peut-être pas idéale pour nous à un moment donné.

Dans son travail de coach et de psychologue du travail, Cécile Pichon rencontre de nombreuses personnes qui n’ont aucune idée d'orientation professionnelle, aucun intérêt particulier pour un quelconque domaine. Son conseil pour avancer, la première étape : « Tout doucement se reconnecter à ce qui nous fait vibrer, se reconnecter à ces émotions que l’on a parfois mis sous cloche ». Car au fond de nous, ajoute-t-elle : plus souvent qu’on ne le croit, notre cœur sait ce qu’il veut faire et vivre.

À LIRE AUSSI

Image
télétravail
Télétravail : quels jours choisir pour allier confort et efficacité ?
À l’heure où le bureau et le rythme de travail se réorganisent, vous devez peut-être choisir les jours que vous souhaitez travailler à distance et ceux passés au burea...
22 septembre 2021 - 12:55
Société