Chômage et reconversion professionnelle: une expérience immersive pour découvrir ses talents dans un contexte de crise de l’emploi

Chômage et reconversion professionnelle: une expérience immersive pour découvrir ses talents dans un contexte de crise de l’emploi

Publié le 25/01/2021 à 11:05
PASCAL GUYOT / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

La pandémie du Coronavirus a eu un effet incontestable sur les projets de recrutement des entreprises. Hadrien Clouet, sociologue spécialiste l’emploi et du chômage à l’université de Toulouse (Haute-Garonne) explique sur Franceinfo la situation actuelle très difficile: plus de chômeurs entrants à Pôle Emploi et d’un autre côté, beaucoup moins d’offres d’emploi disponibles. Il y a actuellement une seule offre d’emploi pour 10 chômeurs. Cela décourage complètement les personnes à la recherche d’un emploi. Selon l’Unedic, association chargée par délégation de service public de la gestion de l'assurance chômage en France, plus de 70% des chômeurs ont déjà abandonné leurs projets de recherche.
À cela s’ajoute  un changement du rapport au travail. Selon un rapport,  tant les salariés (54 %) que les demandeurs d’emploi (26 %) sont en train de changer leur projet professionnel car ils souhaitent se recentrer sur l’essentiel, notamment la famille et la santé. Dans ce contexte où des chômeurs jettent l'éponge, et où d’autres salariés questionnent leur avenir professionnel, des villes commencent à se tourner vers des outils originaux d'aide à la reconversion professionnelle.

Évoquer différemment la question de l'avenir professionnel

Les chômeurs sont soumis à une démotivation difficile à surmonter, mais c’est aussi maintenant le cas des salariés: de plus en plus se déclarent désireux de changer leur rapport au travail. Un demandeur d’emploi sur deux et plus de 4 salariés sur 10 déclarent en avoir envie.  44 % des demandeurs d’emploi et 28 % des salariés déclarent vouloir changer de métier ou faire une reconversion selon le rapport Unedic.
Les plus jeunes (moins de 40 ans), et tout particulièrement les jeunes salariés sont plus nombreux que la moyenne à souhaiter du changement, que ce soit pour changer de métier (31 %, 24 % pour les 40 ans ou plus), d’entreprise (30 % vs 22 %), de secteur d’activité (29 % vs 23 %), changer de poste au sein de leur entreprise (26 % vs 15 %) ou encore déménager (34 % vs 18 %). Ils souhaitent également plus fréquemment se former (33 % vs 25 %). La remise en question de l'activité professionnelle est de plus en plus pressante, mais , selon Basile Bohard « On ne se connait pas assez pour envisager une nouvelle trajectoire »

 

Une expérience immersive et ludique pour redonner un sens au travail

Un événement appelé Le Klub Extraordinaire, conçu par la société Neo Digital, propose d’installer dans les villes qui l'accueillent un container qui attire les demandeurs d'emplois, les personnes en reconversion et les curieux pour qu'ils découvrent leurs talents. “Le tout est de se comprendre et de se connaître assez bien soi-même" explique Basile Bohard, directeur de la société. Des villes comme Orléans ou Bernay (dans le département de l'Eure en Normandie ont déjà testé l'expérience, d’autres villes comme  Châteauroux, Tours et Chinon l’ont prévu, et d’autres ont dû annuler à cause du confinement.

 

 

 



Réussir une orientation (ou réorientation) professionnelle “sereine et éclairée” passerait par l'émerveillement

En traversant le parcours interactif, on se trouve face à des tests et des jeux, qui permettront de dessiner un profil (tempérament, caractère, talents), pour que chacun découvre des formations et des professions qui correspondent au mieux à ses envies. Après un quart d'heure, le visiteur ne partira peut-être pas avec une réponse magique, mais avec une motivation nouvelle, pour aller ensuite chercher plus d’informations sur un site en ligne, et réaliser une candidature. Basile Bohars, fidèle de l'émission “C’est pas sorcier” essaye avec cette expérience, d'utiliser la capacité d'émerveillement pour planter une graine de motivation dans l’esprit du visiteur.

 

 

 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Selon l’Unedic, plus de 70% des chômeurs ont déjà abandonné leurs projets de recherche

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-