Coopérative, CDI, ou auto-entreprise, quelle est la meilleure solution pour les livreurs de repas?

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Coopérative, CDI, ou auto-entreprise, quelle est la meilleure solution pour les livreurs de repas?

Publié le 05/02/2021 à 13:26 - Mise à jour à 13:35
Unsplash / Carl Campbell
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Même si le fonds de solidarité permet aux restaurants de survivre à la crise, la vente à emporter est la seule planche de survie à laquelle les restaurants peuvent s’accrocher pour éviter la catastrophe que signifie mettre la clé sous la porte. Cette situation inédite implique des très nombreuses créations d’emploi dans le secteur, pour couvrir l’explosion de la demande de livraison de repas. Cependant, dans un contexte de revendication pour des meilleures conditions des livreurs, le statut auto-entrepreneur, sous lequel travaillent la majorité des livreurs, est remis en question.

Un record de création d’entreprise en France malgré la crise

Selon le dernier rapport de l’Insee , en 2020, le nombre total de créations d’entreprises en France a atteint un nouveau record avec une augmentation de 4 % par rapport à 2019, et ce malgré la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19.  L’Insee explique cela par les immatriculations d’entreprises individuelles sous le régime du micro-entrepreneur. Le secteur le plus sollicité a été sans surprise celui des activités de transports et d’entreposage.
Les créateurs d’entreprises individuelles en 2020 ont en moyenne 36 ans et la plupart sont des hommes. Mais même en plein boom des livraisons, et malgré l’impression que le monde appartient aux livreurs à partir de 18h, cette activité est soumise à de fortes contraintes qui pèsent sur leurs revenus. Les livreurs tentent d’améliorer leur sort et beaucoup quittent les grandes plateformes pour créer des coopératives. Certaines entreprises, conscientes du problème, optent même pour considérer les livreurs dans leurs effectifs en leur proposant des contrats de travail.  

Just Eat préfère embaucher ses coursiers en CDI

 Le spécialiste de la livraison de repas à domicile vient d’annoncer, dimanche 29 janvier, sa décision d’embaucher 4 500 livreurs dans une trentaine de villes en France d'ici la fin de l'année. Ces livreurs, dont 350 ont déjà été recrutés à Paris, sont payés 10,30 euros de l'heure, indépendamment du nombre de courses réalisées. De cette manière, Just Eat, veut se démarquer de Uber Eats ou Deliveroo qui ont recours aux auto-entrepreneurs.

Des coopératives et un rapport pour encadrer les conditions de travail des livreurs

La situation des livreurs est devenue insoutenable, et dans certaines villes naissent des alternatives, comme les coopératives de livreurs indépendants. À Bordeaux,  la coopérative des « coursiers bordelais » a montré la voie d’un système pour le respect du droit de travail des livreurs, qui peuvent bénéficier d’une mutuelle, des huit semaines de congés payés ou des tickets restaurant. À Nantes, l’association Naofood, s’organise aussi autour d’un modèle  plus  éthique. Et d’autres coopératives peuvent encore s’appuyer sur la fédération CoopCycle (la fédération européenne des coopératives de coursiers à vélo), qui leur fournit une application regroupant des restaurants et commerçants locaux dont ils peuvent livrer les produits aux particuliers.
S'affilier à un tiers est une des propositions du rapport Frouin pour encadrer les conditions de travail des livreurs. Le rattachement des livreurs à des coopératives leur permettrait en effet d'accéder à une couverture sociale minimum. Mais les livreurs sont-ils favorables au statut d’auto-entrepreneur épaulé par une coopérative, ou préfèrent- ils un CDD/CDI?

Un livreur salarié travaillera-t-il dans de meilleures conditions?

Pour Ludovic Rioux, livreur et secrétaire du syndicat CGT Uber Eats-Deliveroo, la décision de Just Eat d’opter pour des livreurs salariés, ne  garantit pas que Just Eat respectera les conditions de travail des livreurs. Selon lui  “on sait que dans les entreprises aujourd’hui, le patronat ne recule devant rien, même face au code du travail ou à la convention collective.”
Sachant que les plateformes de livraison ont toujours fait jouer les conditions de travail en faveur de leur profit économique, il reste a voir si Just eat ne trouvera pas aussi une raison économique qui s’imposera au bien être des livreurs. “C’est aussi possible qu’il y ait d’autres éléments derrière. Le secteur d’activité de la livraison prend une place de plus en plus importante, ce n’est pas étonnant que des entreprises essaient de tirer leur épingle du jeu” estime le secrétaire du syndicat CGT Uber Eats-Deliveroo.
 

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Dans un contexte de revendication pour des meilleures conditions des livreurs, le statut auto-entrepreneur, sous lequel travaillent la majorité des livreurs, est remis en question.

Newsletter





Commentaires

-