La crise sanitaire a aussi touché les diplômés des grandes écoles

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

La crise sanitaire a aussi touché les diplômés des grandes écoles

Publié le 18/06/2021 à 11:56
© ERIC PIERMONT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Selon la dernière enquête de la Conférence des grandes écoles, les diplômés de 2020 peinent davantage que leurs aînés à entrer sur le marché du travail. La crise sanitaire a aussi accentué les écarts de salaire entre femmes et hommes.

Une entrée difficile sur le marché du travail

Les diplômés de la promotion 2020 des grandes écoles n’ont pas été épargnés par la crise du Covid-19. C’est ce que met en lumière l’enquête de la Conférence des grandes écoles 2021 (CGE), dont les résultats ont été publiés mardi 15 juin. Au total, 42 000 diplômés de 193 établissements, essentiellement des écoles de commerce ou d’ingénieurs, ont répondu au questionnaire.

Six mois après leur entrée sur le marché du travail, ces jeunes diplômés peinent encore à entamer leur vie professionnelle, comme le montre le taux net d’emploi, qui est établi à 79 % et accuse un recul de 9 points par rapport à 2019. Alors que le pourcentage de jeunes diplômés en recherche d’emploi était de 4,2 % en 2017, il atteint 17,7 % en 2020.

Autre donnée : celle de la précarité touchant les diplômés 2020. Accédant plus difficilement à un CDI (moins 5 points par rapport à la promotion 2019), les alumnis voient aussi leur premier emploi sous-valorisé. Tandis qu’en 2018, 87 % des jeunes diplômés disposaient d’un statut de cadre, ils ne sont plus que 82 % aujourd’hui, et 76 % pour les femmes.

Des inégalités salariales plus fortes

Du côté du salaire, les jeunes diplômés ayant réussi à décrocher un premier emploi s’en sortent plutôt bien. Établi à 35 461 euros, le salaire brut annuel moyen n’a baissé que de 0,7 % en un an. Si certains secteurs restent davantage rémunérateurs, comme le conseil (39 000 euros brut annuel en moyenne, contre 31 000 euros dans l’agroalimentaire), la crise sanitaire a encore creusé les inégalités salariales entre femmes et hommes.

Ainsi, chez les jeunes diplômés, le salaire moyen des hommes est supérieur de 6,6 % à celui des femmes. De manière générale, les femmes restent moins bien rémunérées que leurs homologues masculins : 23,2 % perçoivent ainsi moins de 30 000 euros bruts annuels pour leur premier emploi, ce qui n’est le cas que pour 11,7 % des hommes. Cependant, « du côté des salaires plus élevés, la situation s’inverse », explique le rapport de la CGE.

Des secteurs qui continuent d’embaucher

Les secteurs d’activité embauchant les diplômés de grandes écoles restent presque inchangés, malgré une baisse d’activité pendant la pandémie dans ceux de l’aéronautique, de l’hôtellerie, du tourisme et du commerce. 24 % des jeunes diplômés en école d’ingénieur sont ainsi recrutés par des sociétés de conseil, tandis que 18 % ont décroché leur premier emploi dans l’informatique. Les alumnis d’écoles de commerce se sont quant à eux orientés vers le conseil (20,4 %). Ils sont 16,1 % à avoir choisi la banque et l’assurance, 11,4 % les TIC Services, 9,8 % le commerce, 5,2 % le juridique et la gestion et 4,9 % l’industrie agroalimentaire.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des diplômés de grandes écoles

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-