Le télétravail est en déclin: un constat d’échec pour ce nouveau modèle?

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Le télétravail est en déclin: un constat d’échec pour ce nouveau modèle?

Publié le 04/02/2021 à 12:30 - Mise à jour à 12:42
Cherrydeck / Unslash
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Au mois de septembre la proportion de Français en télétravail a chuté de 27% à 15%. Selon différents rapports, les entreprises, même si le poste le permet, sont plutôt réticentes à envoyer travailler leurs employés chez eux.  Un sondage  YouGov mené auprès de 4000 personnes en France et au Royaume-Uni,  montre que 27 % des employés étaient en télétravail pendant le premier confinement, et ce pourcentage avait baissé de plus de 10 % après le confinement. Selon une enquête réalisée pour le ministère du Travail, en janvier, 64% des actifs en situation de télétravailler y ont eu effectivement recours, contre 70% en novembre. Cependant, depuis fin octobre, le télétravail doit être la norme, et doit être respecté par tout employé qui peut réaliser toutes ses tâches depuis la maison. Au 1er février, le télétravail  reste "la règle”. Alors, ce non-respect du télétravail est-il un signe que l’évolution des modes de travail ne se fera pas si facilement?

Le télétravail reste "la règle”, mais on a le droit d’avoir besoin d’aller au bureau

Pour la ministre du travail Elisabeth Borne le télétravail reste "la règle pour toutes les activités qui le permettent'. Les conditions de travail en présentiel doivent être exceptionnelles: "La possibilité de revenir sur le lieu de travail reste dérogatoire, dans la limite maximum d'un jour par semaine par salarié, pour les seuls salariés qui en ressentent le besoin", a précisé la ministre dans un communiqué de presse. 
Ceux qui en "expriment le besoin", en raison par exemple d’un équipement spécifique, peuvent revenir sur site dans la limite d'un jour par semaine. C’est le cas des architectes, par exemple, qui peuvent se rendre au travail "ponctuellement." Mais dans tous les cas, il faut se munir d’une attestation de son employeur pour les trajets entre le domicile et le lieu de travail pendant les horaires de couvre-feu.

Un employé peut-il télétravailler, même s’il voit cette possibilité refusée par son patron?

Selon Vincent Manigot, avocat, l'employeur doit évaluer la nature des activités de ses salariés, pour calculer les risques pour la santé et la sécurité des travailleurs. C’est à lui de mettre en œuvre les actions de prévention ainsi que les méthodes de travail protégeant les salariés.
Selon la CFDT, si l’employeur refuse le télétravail, il est donc obligatoire pour l’employé de se rendre au travail . Cela ne veut pas dire pour autant que l’employeur ne pourra pas être sanctionné.  Le refus d’accorder le télétravail à un salarié pourrait en effet exposer l’employeur à des sanctions en cas de préjudice d’exposition pour la santé du travailleur. “S’il est déclaré coupable et qu’une faute inexcusable est retenue contre lui, l’employeur pourra être condamné à indemniser le salarié sans le concours de la CRAM par exemple” explique l’avocat.

Un modèle hybride pour éviter les risques psycho-sociaux

D’autres études préconisent un modèle hybride pour pallier la perte de popularité du télétravail, la plupart du temps à cause des problèmes psychosociaux que le travail à la maison peut engendrer. Selon le cabinet Lecko , les plages de travail s’étaient allongées durant le confinement, et cela renforce la difficulté de déconnexion des salariés. Dans plus d’une moitié des cas étudiés dans cette enquête, le management est effectivement en train de se transformer, malgré les résistances. 69% des répondants ont observé un changement de pratiques de travail dans leur équipe depuis la crise sanitaire. Parmi eux, 59,5% ont trouvé ce changement positif et 40,5% ce changement négatif. Pour ceux qui voient le verre à moitié plein, leur entreprise est en train de se transformer vers une gestion plus humaine, un fonctionnement plus flexible, plus d’autonomie laissée aux collaborateurs avec souvent des circuits de décision plus courts.

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La possibilité de revenir sur le lieu de travail reste dérogatoire

Newsletter





Commentaires

-