Les livreurs à vélo et scooter bénéficient-ils du couvre feu à 18h?

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Les livreurs à vélo et scooter bénéficient-ils du couvre feu à 18h?

Publié le 02/02/2021 à 10:59
©Capture d'écran www.takeeateasy.fr
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Si vous sortez en ville après 18h, pour promener votre chien, ou un autre motif autorisé, vous savez que le couvre feu est le règne des livreurs à vélo et scooter. Après 18h, les restaurants ne sont ouverts que pour qu’ils puissent récupérer les commandes, et la circulation se résume à un balai incessant de scooter et vélos aux couleurs de Uber Eats, Deliveroo, Just Eat, etc... Même si les livreurs sont d’une certaine manière des privilégiés du couvre feu qui peuvent continuer leur activité, leurs conditions de travail ne sont pas vraiment enviables. Explications.

Connaissez vous les contraintes du livreur ?

Même en plein boom des livraisons, et malgré l’impression que le monde appartient aux livreurs à partir de 18h, cette activité supporte de fortes contraintes qui pèsent sur leurs revenus, comme leur équipement par exemple. Avec de nombreuses dépenses à leur charge, il est très difficile de calculer combien gagne réellement un livreur.
Selon Ouest France, le salaire d’un livreur peut équivaloir à un salaire moyen de 10,74 euros brut par heure, soit une moyenne de 1, 628 euros brut par mois. Mais à cela il faut enlever 22% des charges, liées au statut de micro-entrepreneur, ce qui donne 1,269 euros net. Si le livreur bénéficie des aides à la reprise de l’emploi, il pourra cotiser 11% de leur salaire au lieu de 22%.
 Avec ce salaire net, le livreur doit payer son vélo ou son scooter, son carburant, son équipement de travail (manteau, combinaison, gants, etc).

Des avancées dans les conditions des livreurs qui créent des précédents

Des améliorations des conditions ont été obtenues récemment par les livreurs d'Uber Eats à Saint-Etienne.  Après deux jours de forte mobilisation, les 13 et 18 décembre, les livreurs stéphanois ont obtenu des concessions de la part d'Uber Eats: une rémunération minimum, à certaines heures et sous conditions, et le retour d'une "prime de pluie", à hauteur d'un euro par commande. 
Même si ces concessions sont de caractère temporaire, ces mouvements pourraient créer un effet boule de neige dans d’autres villes. La situation actuelle fait reposer une partie de l’économie sur ces livreurs, il serait donc normal que leurs conditions de travail s’améliorent, lorsqu’ils travaillent le soir en pleine pandémie pour livrer les repas.

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Malgré l’impression que le monde appartient aux livreurs à partir de 18h, cette activité supporte de fortes contraintes qui pèsent sur leurs revenus

Newsletter





Commentaires

-