L’Ugict-CGT s’alarme de la dégradation des conditions de télétravail

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

L’Ugict-CGT s’alarme de la dégradation des conditions de télétravail

Publié le 13/09/2021 à 13:37
pexels
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Un an après le début de la pandémie, le ressenti face au télétravail est partagé. Pour certains, cette modalité est une façon moins contraignante de travailler, pour d’autres, c’est un mode de travail imposé, uniquement au profit des entreprises. L’Union générale des ingénieurs, cadres et techniciens UGICT de la CGT vient de dévoiler les conclusions d’un rapport sur la question, et le syndicat s’alarme des conditions de télétravail.

Le télétravail mal encadré par les entreprises

L’Ugict-CGT a interviewé 15 000 salariés avec des profils très divers pour faire le point sur la situation. Conclusion : le télétravail se vit en cette rentrée surtout “en mode dégradé”. La régulation du télétravail est maintenant de la responsabilité de chaque employeur, ce qui génère une sensation de “open bar" pour les employeurs, et de dégradation des conditions de travail chez les salariés. “Contrairement aux discours du gouvernement et du patronat, ceci confirme qu'il est illusoire de se reposer sur la bonne volonté des employeurs pour encadrer le télétravail”, conclut le rapport. Pour Benoit Serre, vice-président de l'ANDRH (association nationale des directeurs de ressources humaines) “il faut maintenant s'habituer à ce que le tout soit un peu plus structuré".

Un management basé sur la confiance, avec moins de contrôle, et plus de liberté, est-il possible ?

Alors que pour certains l’hybridation du travail (en partie à la maison) est la cause de la dégradation des conditions de travail, d'autres voient le côté positif du télétravail, vecteur de temps libre et d'autonomie au travail. Sur les 15 000 répondants, 98% souhaitent continuer à télétravailler à temps partiel. Cependant, pour que le télétravail soit effectivement une voie vers plus de liberté du salarié, il est nécessaire de que cette transformation soit, selon l’avis des salariés, une “redéfinition des priorités et une quête de sens sur le contenu et la finalité du travail”. Au contraire, de nombreuses entreprises qui offrent à leurs salariés la possibilité de télétravailler, se tournent vers des outils qui permettent de contrôler et surveiller l'employé à distance

Explosion du temps de travail

L'enquête démontre l’ampleur de la dégradation des conditions des salariés causée par le télétravail. On note, non seulement une forte augmentation du temps, de la charge et de l'intensité du travail des salariés en télétravail, mais aussi une séparation entre vie privée et vie professionnelle beaucoup plus floue. Selon l'enquête, deux tiers des répondants déclarent recevoir des sollicitations durant leurs périodes de congés, dont 10% systématiquement, et sans aucun droit à la déconnexion. Selon une étude d’Opinion Way de mars 2021, l’absence de déconnexion affecterait principalement les jeunes et les femmes, qui expérimentent des hausses des taux de détresse psychologique. Pour les jeunes, cela s’explique par de mauvaises conditions de logement. 

Santé mentale et physique fortement touchées par le télétravail

Selon le rapport, les indicateurs de santé mentale, mais aussi ceux de la santé physique, seraient au rouge pour de nombreux salariés en télétravail. Troubles musculosquelettiques, migraines oculaires, sédentarité, sont quelques effets secondaires du télétravail. "Le télétravail, oui, mais pas en mode dégradé". Enfin, l'Ugict-CGT interpelle le gouvernement et le patronat sur la nécessité d'encadrement du télétravail, pour que les salariés puissent réellement profiter d’un travail plus libre sans dégradation des conditions de travail.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Télétravail: Une séparation entre vie privée et vie professionnelle beaucoup plus floue

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-