Rungis: la CGT occupe le centre administratif du marché et demande la régularisation des travailleurs sans-papiers

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Rungis: la CGT occupe le centre administratif du marché et demande la régularisation des travailleurs sans-papiers

Publié le 16/03/2017 à 12:01 - Mise à jour à 12:49
©Philippe Lopez/ AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Au marché international de Rungis, la CGT du Val-de-Marne s'est réunie avec une centaine de clandestins pour demander la régularisation de salariés sans-papiers qui travaillent sur place.

"On bosse ici, on vit ici, on reste ici", depuis 6h du matin les grévistes de la CGT du Val-de-Marne et des travailleurs sans-papiers occupent la tour Semmaris, centre administratif et de sécurité du marché d'intérêt national (MIN) de Rungis. Ils sont "environ 80 sans-papiers et 30 à 40 responsables de la CGT" selon une source policière à être rassemblés ce jeudi 16. Ils demandent la régularisation de 105 salariés clandestins travaillants au marché international de Rungis.

"On ne bougera pas sans avoir eu les documents employeurs nécessaires à la régularisation, mais également le récépissé préfectoral avec autorisation de travail pendant trois mois, qui ouvre la voie vers une carte de séjour d'un an", a déclaré à l'AFP Benjamin Amar, de la CGT départementale.

En réalité, les sans-papiers travaillent illégalement au marché de Rungis "depuis des années" et sont bien plus nombreux que ceux présents à cette manifestation. Le site Internet de la société gestionnaire Semmaris indique qu'environ 12.000 personnes employées par 2.000 entreprises travaillent au marché de Rungis.

Le directeur de cabinet de la préfecture et une délégation syndicale se sont rencontrés sur place. Selon l'AFP, des "vérifications administratives" ont été entamées par la préfecture pour vérifier la situation des salariés clandestins concernés. Ces derniers travaillent dans des secteurs comme la manutention, le nettoyage ou l'agroalimentaire et sont employés par des agences d'intérim et des entreprises installées à Rungis.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des "vérifications administratives" ont été entamées par la préfecture pour vérifier la situation des salariés clandestins concernés.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-