Securitas renvoie 4 employés musulmans qui ont refusé de raccourcir leurs barbes, la décision des prud'hommes en janvier

Securitas renvoie 4 employés musulmans qui ont refusé de raccourcir leurs barbes, la décision des prud'hommes en janvier

Publié le 14/12/2017 à 13:37 - Mise à jour à 13:40
© SEBASTIEN NOGIER / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le tribunal des prud'hommes de Bobigny a finalement renvoyé en janvier sa décision sur le licenciement de quatre salariés de Securitas, musulmans pratiquants, qui ont été renvoyés pour avoir refusé de raccourcir leurs barbes. C'était quelques jours après les attentats islamistes du 13 novembre 2015.

Il faudra finalement attendre le 11 janvier pour le délibéré. Quatre employés de la société Securitas poursuivaient l'entreprise spécialisée dans las sécurité jugeant leur licenciement illégal. La cause? Les quatre hommes ont été mis à la porte pour avoir refusé de raccourcir leurs barbes visiblement fournies. C'était quelques jours seulement après les attentats du 13 novembre qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis. Et les quatre licenciés étaient tous musulmans.

Peu après la nuit d'horreur qui a ensanglanté la capitale, ces employés ont en effet été convoqué,s avec une vingtaine d'autres salariés, par leur employeur qui leur a demandé de tailler leur barbe conformément au règlement intérieur stipulant (a priori sans faire référence à une question religieuse) que la pilosité faciale doit être courte et soignée. La plupart des employés se sont exécutés, sauf les quatre hommes qui ont donc été licenciés pour faute grave après une mise à pied.

Les plaignants estiment que le rappel à l'ordre, la pression posée et finalement leur renvoi ont à voir avec la question religieuse. D'autant que les salariés accusent Securitas d'avoir changé le règlement intérieur datant à l'origine de 2011. L'avocat de l'entreprise a admis effectivement que des modifications ont été effectuées en 2015, sans que l'on sache précisément si les articles revus sont ceux imposant la barbe courte et bien taillée.

Voir aussi: La SNCF condamnée en appel pour discrimination envers une ancienne employée

Du côté de la défense, on nie formellement le lien entre le licenciement et la confession religieuse des personnes concernées. L'avocat de Securitas affirme que l'entreprise aurait fait de même avec un salarié arborant des tatouages voyants ou une coiffure punk.

Le délibéré était attendu pour ce jeudi 14, il faudra donc attendre un mois de plus pour connaître la position du tribunal des prud'hommes de Bobigny. Les plaignants, des trentenaires avec huit à neuf ans d'ancienneté dans l'entreprise, demandent 40.000 d'indemnités pour licenciement sans cause réelle et sérieuse et 10.000 euros de dommages et intérêts pour discrimination religieuse.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les quatre employés musulmans ont été rappelés à l'ordre après les attentats du 13 novembre.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-