Anomalie à Fessenheim: l'ONG Greenpeace et plusieurs associations portent plainte contre EDF et Areva

Anomalie à Fessenheim: l'ONG Greenpeace et plusieurs associations portent plainte contre EDF et Areva

Publié le 14/10/2016 à 11:10 - Mise à jour à 11:12
©Michelle Tantussi/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

A la suite de la détection d'une anomalie dans un générateur de vapeur du réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), l'ONG Greenpeace a annoncé ce vendredi qu'elle allait porter plainte avec d'autres associations contre EDF et Areva. Elles demandent au procureur de Paris d'ouvrir une enquête sur quatre délits majeurs dont "mise en danger délibérée de la vie d'autrui".

L'ONG Greenpeace a annoncé ce vendredi 14 qu'elle allait porter plainte avec d'autres associations contre EDF et Areva à la suite de la détection d'une anomalie dans un générateur de vapeur du réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin). "Les associations demandent au procureur de la République de Paris d'ouvrir une enquête préliminaire sur quatre délits majeurs, dont usage de faux et mise en danger délibérée de la vie d'autrui", a indiqué Greenpeace dans un communiqué.

La plainte mentionne aussi un délit d'utilisation d'un équipement à risques ne satisfaisant pas aux exigences essentielles de sécurité et la déclaration tardive de l'exploitant d'un incident risquant d'avoir des conséquences notables sur la sûreté de l'installation, selon le document consulté par l'AFP. Elle devait être déposée vendredi dans la matinée auprès du tribunal de grande instance de Paris par Greenpeace, mais aussi Réseau Sortir du nucléaire, Stop Transports-Halte au nucléaire, Stop Fessenheim, Alsace Nature, France Nature Environnement et le Comité pour la sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin (CSFR).

Areva avait annoncé fin avril que des anomalies documentaires avaient été détectées dans le suivi des processus de fabrication d'équipements au sein de son usine du Creusot, où a aussi été fabriquée la cuve de l'EPR de Flamanville. L'audit mené sur 400 dossiers prioritaires a déjà permis de relever 87 irrégularités sur des réacteurs en fonctionnement, dont la virole basse d'un générateur de vapeur du réacteur numéro 2 de Fessenheim.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a décidé de maintenir à l'arrêt le réacteur dans l'attente des résultats de tests complémentaires prévus jusqu'à la fin de l'année pour prouver la sûreté de la pièce. "Les associations reprochent à EDF et Areva d'avoir mis en service un équipement à risques ne satisfaisant pas aux exigences essentielles de sécurité", explique Greenpeace. "Elles accusent également EDF d'avoir tardé à déclarer à l'ASN cette anomalie risquant d'avoir des conséquences notables sur la sûreté de l'installation". Elles soutiennent que l'irrégularité a été dissimulée "pendant un mois, entre mai et juin 2016".

Les associations reprochent aussi à Areva d'avoir "présenté un dossier avec un état descriptif falsifié" afin d'obtenir un certificat de conformité auprès de l'ASN. Quant à la mise en danger de la vie d'autrui, elle résulte de la démultiplication du risque d'accident nucléaire "par le fonctionnement de réacteurs à risques", selon le même communiqué. "EDF, en tant qu'exploitant, a en fait décidé de faire primer ses intérêts économiques sur la protection des populations et de l'environnement", déplore Laura Monnier, chargée de campagne juridique à Greenpeace, citée dans le communiqué.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une anomalie a été détectée dans un générateur de vapeur du réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-