Convention citoyenne pour le climat : premiers freins sur les propositions

Convention citoyenne pour le climat : premiers freins sur les propositions

Publié le 01/07/2020 à 14:56 - Mise à jour à 16:46
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A
C’est tout sourire et dans le cadre verdoyant du jardin de l’Elysée qu’Emmanuel Macron a donné son aval à 146 propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Deux jours plus tard, le refrain n’est déjà plus tout à fait le même. 
 
Prenant la parole avant le chef de l’État, les citoyens de la convention avaient pourtant prévenu :
 
« Nous ne présentons pas un menu à la carte mais un ensemble de propositions interdépendantes »
 
Le président de la République a déjà sorti trois « jokers », pour reprendre ses termes, retirant du paquet de propositions une taxe de 4 % sur les dividendes (qui aurait servi au financement des mesures), la vitesse limitée à 110 km/h sur les autoroutes et la modification du préambule de la constitution. 
 
Un calendrier présenté
 
Pour le reste, et alors que les citoyens l’avaient exhorté à rester « fidèle à votre engagement de passer les mesures sans filtre », Emmanuel Macron a annoncé un calendrier. Certaines mesures seront, a-t-il dit, intégrées au Plan de relance et soumises au parlement d’ici la fin de l’été. Les propositions qui entrent dans le champ réglementaire seront étudiées en Conseil de défense écologique fin juillet. 
 
Un projet de loi spécifique sera enfin présenté à la fin de l’été, pour les « mesures à compléter et à affiner » - comprenez par là à modifier.  Ce projet de loi devrait intégrer les propositions qui dépendent des collectivités territoriales, après réunion du gouvernement avec les associations d’élus. 
 
L’affaire commence à se compliquer lorsque l’on passe à l’échelon européen. Les accords commerciaux internationaux et la demande de moratoire sur le CETA (le traité de libre-échange avec le Canada) ? « Nous continuons à évaluer ». L’instauration d’une taxe carbone aux frontières ? « Les discussions des prochaines semaines seront décisives »…
 
Quant au référendum, il ne porterait finalement que sur l’ajout d’un alinéa sur le climat à l’article premier de la constitution. Quant au crime d’écocide, également demandé dans la Constitution, il s'agit selon Emmanuel Macron d'une affaire « à inscrire dans le droit international ». Autant dire renvoyé aux calandres grecques. Eventuellement, un second référendum pourrait être organisé sur certains points – on ignore lesquels – si le parlement n’avance pas assez vite. 
 
Au lendemain des élections municipales qui ont couronné les Verts dans de nombreuses villes et métropoles, il eut été délicat, pour le président, de ne pas se montrer enthousiaste envers les propositions de la Convention. Mais comme le soulignait le porte-parole d’Europe Ecologie les Verts Julien Bayou : 
 
« Ma crainte c’est qu’on soit dans les beaux discours. Je n’ai pas vu de proposition concrète hormis le moratoire sur l’implantation de centres commerciaux. On attend du concret »
 
Les bémols de Bruno Le Maire
 
Les citoyens qui ont travaillé d’arrache-pied pendant neuf mois ont dû sentir le vent tourné dès mardi, au lendemain de leur réception à l’Elysée. C’est Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie qui s’est montré réticents sur plusieurs propositions. 
 
Parmi elles, l’interdiction de la publicité sur les produits les plus polluants – et donc, entre autres, de voitures comme les SUV. Le ministre met son bémol au nom de l’information du consommateur. 
 
Bruno Le Maire a également mis son veto sur la proposition de baisse de la TVA sur les billets de train à 5,5 %, « des dépenses très lourdes pour l’Etat », tout en reprenant cependant l’idée du développement des lignes ferroviaires. 
 
Quant à la ministre de l’Ecologie Elisabeth Borne, elle ne s’est pas prononcée sur les propositions le même jour dans l’émission les 4 Vérités, mais a pris soin de souligner que « lorsqu’on prend des mesures fortes, et je suis convaincue que pour réussir la transition écologique il faut des mesures fortes, il faut s’assurer de l’adhésion des Français ». 
 
Encore faudra-t-il que les Français en question soient pleinement informer sur le pourquoi et le contenu des différentes propositions...

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Emmanuel Macron au jardin pour répondre aux membres de la Convention

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-