Crise climatique : les plus riches imposent les conséquences de leur mode de vie aux plus pauvres !

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Crise climatique : les plus riches imposent les conséquences de leur mode de vie aux plus pauvres !

Publié le 22/09/2020 à 07:22
Christophe ARCHAMBAULT / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

La crise climatique menace, et Oxfam dénonce les inégalités extrêmes quant aux responsabilités des uns et des autres. Une situation à corriger au plus vite, selon Oxfam, pour éviter une véritable catastrophe.

L’arrêt brutal de l’activité économique au cours des derniers mois suite au confinement général a démontré, qu’il était possible de réduire, de manière conséquente, nos émissions de CO2. Pourtant, ces émissions sont reparties à la hausse depuis. La publication du rapport d’Oxfam sur ces émissions de CO2 pour la période 1990 – 2015 nous alerte même sur cette crise climatique, qui menace la planète entière et sur les inégalités flagrantes en ce qui concerne les responsabilités.

Les 1% les plus riches responsables à eux seuls de 15 % des émissions de CO2

Sur cette période, les émissions totales ont explosé de 60 %. La majorité de ces émissions (52 % précisément) est le fait d’une minorité, les 10 % des plus riches.  Cette même minorité a consommé 31 % du budget carbone mondial (quantité maximale de CO2 pouvant être émise). Sur la même période, 50 % des plus pauvres ne sont responsables que de 7 % des émissions totales.

Ces inégalités incontestables sont d’autant plus difficiles à expliquer et à justifier, que toute la population est soumise aux conséquences de ce dérèglement climatique, qu’Oxfam qualifie même de catastrophe climatique. Le budget carbone mondial, devant permettre de limiter la hausse des températures à 1.5° C, devrait, à ce rythme, être totalement épuisé d’ici 2030. Oxfam appelle à une véritable prise de conscience de ces « inégalités extrêmes » en demandant aux Etats de profiter des plans de relance pour initier une politique de réduction des émissions mais aussi des inégalités. Est-ce vraiment la voie suivie par la France, qui n’exige aucune contrepartie sociale et écologique pour la baisse des impôts de production ?

 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Oxfam dénonce la catastrophe climatique, ici quelques jours avant le confinement de mars dernier

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-