Déconfinement : la pollution de l'air repart à la hausse en Île-de-France

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 10 juin 2020 - 14:42
Image
Pollution de l'air et Coronavirus: les particules fines n’y sont pour rien
Crédits
Iwona Castiello d'Antonio / Unsplash
Déconfinement : le taux de pollution revient à la normale
Iwona Castiello d'Antonio / Unsplash

Elle avait drastiquement diminué pendant le confinement mais la pollution de l’air en Île-de-France a presque retrouvé son niveau habituel, annonce aujourd’hui Airparif.

Rare conséquence positive de la crise du Covid-19 : la planète a un peu mieux respiré pendant quelques semaines. Avec le confinement de plus de 4 milliards de personnes, les émissions polluantes ont considérablement baissé dans le monde entier.

Pendant les deux mois de confinement, l’organisme Airparif - chargé de la surveillance de la qualité de l'air en région Île-de-France - a notamment observé une amélioration conséquente de la qualité de l’air, en particulier pour le dioxyde d’azote. La période a également vu les émissions de CO2, gaz à effet de serre, baisser de 33%.

Pollution : « retour à la normale »
Le télétravail, toujours en vigueur pour certains travailleurs, et une reprise réduite de l’activité économique n’auront pas suffit à prolonger l’embellie : la pollution est de retour.

Airparif dévoile ce mercredi 10 juin un premier bilan du déconfinement en Île-de-France : entre le 11 mai (date de début du déconfinement) et le 31 mai, « la reprise progressive des activités, et particulièrement du trafic a conduit à une remontée des quantités de polluants rejetés dans l’atmosphère (émissions) pour les oxydes d’azote (NOx) et les particules (PM10 et PM2.5) à des niveaux équivalents à 80% des émissions observées avant le confinement (et jusqu’à 90% pour le boulevard périphérique). Les émissions de CO2 sont également reparties à la hausse, avec une augmentation jusqu’à 80% des niveaux habituels », indique l’organisme.

« En termes de qualité de l’air respiré, dans l’agglomération parisienne, la baisse observée des concentrations de dioxyde d’azote (NO2) est passée de -25% pendant le confinement à -15% sur les 3 premières semaines de déconfinement », explique également Airparif dans son rapport.

Concernant les particules PM10 et PM2.5, l’impact du confinement et du déconfinement a été plus faible en raison d’une influence forte des conditions météorologiques et de sources d’émissions plus nombreuses (trafic, agriculture, chauffage…)… Après une diminution de -7% pendant le confinement, les niveaux observés habituellement à cette période de l’année sont atteints de nouveau.

Le retour à la normale est donc graduel, avec une intensité variable selon les polluants mais on se rapproche des conditions habituelles en Île-de-France à cette période de l’année, conclut Airparif.

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don