Des pertes dans les cultures bio, contaminées par de l’herbicide

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Des pertes dans les cultures bio, contaminées par de l’herbicide

Publié le 18/06/2021 à 18:10 - Mise à jour à 18:11
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Du prosulfocarbe retrouvé dans les cultures bio, avec des quantités dépassant jusqu’à 100 fois la limite maximale. Cet herbicide utilisé couramment est très volatil. Il est destiné notamment aux cultures de pommes de terre et pour les céréales. En 2019, 4 000 tonnes de prosulfocarbe avaient été vendues, selon les informations du journal Le Monde.

« Une grosse déception, un énorme gâchis. » Mathilde Siguré, une agricultrice d’Eure-et-Loire, est en colère depuis qu’elle a appris que sa récolte de sarrasin bio a été contaminée par un pesticide. Selon Le Monde, ses deux parcelles de six et huit hectares ont été contaminées avec du prosulfocarbe. Une récolte à jeter à la poubelle. Malheureusement, elle ne serait pas la seule à rencontrer ce problème. La coopérative Biocer, dont Mathilde Siguré fait partie, a fait analyser trois échantillons de sarrasin au cours de l’automne dernier : les échantillons proviennent de vingt-trois producteurs bio de différentes régions (Beauce, Normandie, Picardie). Résultat : deux des trois lots sont contaminés par des pesticides, comme le prosulfocarbe et le pendiméthaline. Pour la moitié de ces producteurs impactés, les niveaux retrouvés dans leurs cultures dépassent la limite maximale autorisée.

La Fédération nationale d’agriculture biologique (FNAB) demande réparation. En novembre 2020, la FNAB a cherché à en savoir plus : 13 prélèvements ont été effectués sur des brocolis, des navets, de la roquette, des épinards et des pommes, sur différents sites de cultures et menés par un laboratoire indépendant. 38% des échantillons étaient contaminés par un pesticide et n’ont pas pu être commercialisés. « On peut constater que les contaminations recensées ne sont pas concentrées sur un territoire, mais peuvent survenir dans une variété de contextes agricoles, attestant de l’idée d’un risque généralisé, liée à un produit largement utilisé en céréales conventionnelles », a expliqué la FNAB dans un courrier au ministère de l’Agriculture. La FNAB demande l’arrêt de la mise sur le marché du prosulfocarbe. Selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire, le prosulfocarbe est « très toxique pour les organismes aquatiques ».

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un agriculteur pulvérise des produits phytosanitaires dans un champ

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-