Ces fruits et légumes suremballés qui vont disparaître de nos étals

Ces fruits et légumes suremballés qui vont disparaître de nos étals

Publié le 13/10/2021 à 09:55
© PHILIPPE DESMAZES / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Les fruits et légumes vendus par lots, emballés dans des barquettes enveloppées de cellophane, c’est bientôt terminé, ou presque. À compter du 1er janvier prochain, ces emballages seront interdits pour la plupart des fruits et légumes, qu’ils soient bio ou non.

C’est une avancée concrète contre le gaspillage et le suremballage : à compter du 1er janvier 2022, la plupart des fruits et légumes ne pourront plus être vendus emballés sous plastique.

Des barquettes de quatre pommes ou de quatre tomates recouvertes de cellophane, des concombres, des bananes ou des aubergines sous plastique… Ce type de conditionnements va très prochainement disparaître des étals des supermarchés. L'objectif, c'est bien sûr de limiter la surconsommation d’emballages polluants et de favoriser la vente en vrac. Le décret signé par le gouvernement fait partie de la loi antigaspillage votée en janvier 2020.

Cette mesure concerne une trentaine de fruits et légumes : pommes, poires, oranges, clémentines, kiwis, mandarines, citrons, pamplemousses, prunes, melons, ananas, mangues et fruits de la passion. Côté légumes, sont concernés les lots de moins d'1,5 kg de poireaux, courgettes, aubergines, poivrons, concombres ou encore pommes de terre et carottes dites « normales », tomates rondes, oignons et navets, ainsi que les choux, choux-fleurs, courges, panais, radis, topinambours et légumes racines.

Les végétaux bio concernés par cette mesure

Notez que les fruits et les légumes cultivés en agriculture biologique sont également concernés par cette mesure. Ce sont d’ailleurs ceux-ci qui sont le plus souvent conditionnés en lot afin d’éviter la confusion avec les produits issus de l’agriculture conventionnelle, vendus moins chers. Un non-sens qui décourageait de nombreux consommateurs, tant l’emballage plastique ou polystyrène va à l’encontre des valeurs de ceux qui défendent une agriculture respectueuse de l’environnement. Les distributeurs vont donc devoir trouver une solution pour différencier le bio du non-bio. Ils ont six mois pour s’adapter, écouler leurs stocks et trouver d'autres solutions. Si les commerçants contreviennent à cette règle, ils s’exposeront à une sanction pouvant atteindre 15 000 euros d’amende et 1 500 euros d’astreinte journalière.

Lire aussi : Dis-moi de quelle couleur sont tes fruits, je te dirai quels sont leurs bienfaits

Les fruits fragiles resteront sous plastique en attendant une meilleure option

À noter qu’un sursis d’un mois est accordé pour les fruits et les légumes les plus fragiles, ceux qui présentent un risque élevé de détérioration au moment de l’achat. C’est notamment le cas des framboises, myrtilles et fraises, mais aussi des abricots, des raisins ou encore des cerises.

Les fruits et légumes épluchés et découpés resteront en rayon

Si la signature du décret annonçant l’application de cette mesure est une bonne nouvelle, le combat contre le suremballage plastique est loin d’être terminé. L’interdiction ne s’applique en effet pas aux produits dits transformés. Cela signifie que les clémentines épluchées ou les pommes coupées en quatre dans des emballages en plastique semi-rigides ne disparaîtront pas de sitôt des rayons frais. Une aberration écologique mais pas seulement : on le sait en effet, les fruits et légumes, une fois épluchés ou découpés, perdent l’essentiel de leurs vitamines.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Trop d'emballages tue l'emballage

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-