La RATP attaquée en justice par l’association Respire

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

La RATP attaquée en justice par l’association Respire

Publié le 25/03/2021 à 20:11 - Mise à jour à 21:25
©Miguel Medina/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

L’association Respire a porté plainte ce mardi contre la RATP pour « tromperie aggravée » et « blessures volontaires ». L’association connue pour ses combats pour l’environnement accuse la RATP de ne pas informer ses usagers sur les niveaux de pollution de l’air dans le métro parisien. "L'ensemble des usagers des transports en commun sont exposés à des risques sanitaires considérables », peut-on lire sur le communiqué de l’association.

Le déni de la RATP est un problème

« On a lancé cette action en désespoir de cause, parce que ça fait des années qu’on alerte sur la pollution dans le métro, » a déclaré à Franceinfo Olivier Blond, directeur général de Respire. L’association a réalisé plusieurs études pour mesurer la pollution de l’air dans le métro parisien. Selon leurs données, le taux de pollution dans les enceintes ferroviaires souterraines serait plus élevé qu’à l’extérieur. L’association révèle qu’à la station Châtelet, « les valeurs mesurées par la RATP elle-même dépassent presque tous les jours 50 µg/m3 pour les PM10, soit la valeur d’un pic de pollution en extérieur ». « Nous espérons par cette action les faire réagir - enfin - pour protéger la santé des millions d'usagers quotidiens du métro », a déclaré Olivier Blond à l’AFP. « Le déni de la RATP est une composante essentielle du problème ».

La RATP se défend

La RATP n’a pas tardé à réagir pour se défendre : « la qualité de l’air du réseau souterrain fait l’objet d’un suivi très scrupuleux et tout à fait transparent de la RATP ». La société a avancé que les chiffres donnés par Respire étaient erronés, les tests ayant été réalisés avec des appareils portatifs. La société de transport parisien a également révélé les mesures mises en place pour aider à diminuer la pollution : freinage électrique des trains, ventilation dans le réseau, dispositifs expérimentaux de traitement de l’air dans les stations…

Valérie Pécresse, présidente d'Île-de-France Mobilités, aurait demandé une expertise, selon Franceinfo.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Newsletter





Commentaires

-