Le changement climatique modifie la morphologie des animaux

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Le changement climatique modifie la morphologie des animaux

Publié le 14/09/2021 à 11:48
Trends in Ecology and Evolution
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Des températures plus fortes, des intempéries plus intenses… Ces événements climatiques différents, impactent fortement les activités humaines, la façon de vivre et l’organisation des sociétés. De la même manière que l'humanité change ses habitudes pour s’adapter, la nature et les animaux le font aussi. Selon une récente étude parue dans Trends in Ecology and Evolution du groupe Cell Press, les animaux, eux, "changent de morphologie pour avoir des appendices proportionnellement plus gros en réponse au changement climatique et aux augmentations de température associées.” 

La chaleur influence la taille des parties thermorégulatrices du corps des animaux

La transformation climatique est concrètement à l'origine de l’évolution très rapide de la taille des appendices des animaux : queues, becs et pattes, plutôt que la taille du corps entier, se transforment pour mieux supporter la chaleur. Ces parties du corps sont souvent directement exposées aux températures, par exemple, le bec des oiseaux, qui est une surface très vascularisée non isolée par les plumes, les pattes sans plume ou sans fourrure chez les oiseaux et les mammifères sont liées à la thermorégulation, pour les lapins et les souris ce sont les oreilles et les queues qui évoluent.

Mauvaise nouvelle pour la biodiversité : certaines espèces n'arriveront pas à s'adapter

Sara Ryding, l'une des auteures de l'étude, explique dans The Conversation que bien que leurs recherches montrent que certains animaux s'adaptent au changement climatique, beaucoup ne le feront pas. Dans le cas de certains oiseaux, habitués à une manière de manger et à un type d’aliment, le changement sera impossible. En outre, selon le dernier rapport du GIEC, le dérèglement en cours est inévitable et s’accélère. Tous les animaux n’auront pas le temps de s’adapter. Ryding considère que le meilleur moyen de protéger les espèces à l'avenir, est de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre et d'empêcher autant que possible le réchauffement climatique.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Mauvaise nouvelle pour la biodiversité

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-