Les néonicotinoïdes : une menace pour les mammifères

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Les néonicotinoïdes : une menace pour les mammifères

Publié le 21/02/2021 à 21:00 - Mise à jour à 21:02
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Alors que leurs effets dévastateurs sur les insectes pollinisateurs ne sont plus à prouver, les néonicotinoïdes seraient également néfastes pour les mammifères dont les humains.

Lutter contre les insectes nuisibles ou laisser vivre les insectes "utiles"

Ces substances sont utilisées pour lutter contre les insectes nuisibles aux cultures agricoles. Mais leur utilisation pour traiter les semences impacte l’environnement. Les abeilles, malheureusement, en font les frais et subissent cette utilisation. Il ressort que les insectes « utiles » ne seraient pas les seuls concernés par ces effets nocifs.

L’utilisation des molécules de néonicotinoïdes en agriculture était interdite en France depuis 2018. Rétropédalage en septembre 2020 du gouvernement : les agriculteurs peuvent l’utiliser pour la culture des betteraves sucrières jusqu’en 2023. En cause : une jaunisse qui se propage dans les cultures, virus transmis par des pucerons. Selon Le Monde, cette décision de réintroduire les néonicotinoïdes provient d’« une erreur d’écolier » avec la confusion entre densité et quantité d’abeilles à l’hectare.

Un impact sur la faune et la flore

Quoiqu’il en soit, cette décision a un fort impact sur l’environnement. Quand un plant est traité, une infime partie est aspirée. Le reste demeure dans la terre et se propage dans les cours d’eau. Les mammifères et les oiseaux inhalent les néonicotinoïdes ou les ingèrent. Il en résulte alors des conséquences désastreuses pour certaines espèces. Pour le cerf, on parle d’une malformation de la mâchoire, d’une masse corporelle limitée, d’organes sous-dimensionnés et d’une vie sexuée réduite*. Quant à eux, les oiseaux subiraient une perturbation dans leur orientation migratoire**, mais également des retards de développement des oisillons. Quant aux humains, les effets secondaires ne seraient pas à envier non plus : nausée, vomissement, difficultés respiratoires, troubles gastriques… Mais à ce jour, il n’existe pas d’étude prouvant la dangerosité de ces insecticides sur les Hommes.

* source : National Geographic 

** source :  consoGlobe

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP/Archives

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-