Les oiseaux de mer avalent de plus en plus de plastique

Les oiseaux de mer avalent de plus en plus de plastique

Publié le 01/09/2015 à 09:23 - Mise à jour à 09:27
©Wikimedia Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): JmC
-A +A

Les confondant avec de la nourriture, les oiseaux de mer avalent de plus en plus de déchets en plastique. Selon une étude, 99% d'entre eux seront victimes de cette pollution marine d'ici 2050.

D'ici à 2050, la quasi-totalité des oiseaux marins dans le monde auront avalé au moins une fois du plastique, qu'ils confondent avec de la nourriture ou qu'ils ingurgitent accidentellement, selon une étude de chercheurs britanniques et australiens.

Ceux-ci ont examiné les études portant sur 135 espèces d'albatros, mouettes, manchots et autres oiseaux de mer entre 1962 et 2012, et ont déterminé que 59% de ces animaux avaient ingéré du plastique, en moyenne. En extrapolant les données, "nous estimons que le taux d'ingestion pourrait atteindre 90% des individus si ces études étaient menées aujourd'hui", soulignent les chercheurs dans cette étude parue lundi 31 dans le journal scientifique américain PNAS.

Et, ajoutent-ils, "nous prévoyons que cette ingestion de plastique va s'accroître chez les oiseaux de mer, et qu'elle va toucher 99% de toutes les espèces d'ici 2050".

L'étude a été menée par des chercheurs de l’Agence nationale australienne pour la science (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation, CSIRO) et du London Imperial College.

Ces déchets avalés par les oiseaux incluent les sacs, bouteilles, bouchons en plastique, mais aussi les fibres synthétiques de vêtements. La présence de ces déchets s'est considérablement accrue ces dernières années dans les océans, les mers, les rivières, les égouts et les dépotoirs. Les oiseaux, notamment en mer, les prennent pour de la nourriture et leur ingestion leur cause parfois de graves dysfonctionnements alimentaires pouvant causer leur mort.

"Une gestion efficace des déchets peut réduire cette menace", soulignent toutefois les auteurs de l'étude. "Pour la première fois, nous disposons d'une prévision globale montrant à quelle échelle la pollution au plastique peut avoir des répercutions sur les espèces marines", selon Chris Wilcox, chercheur au CSIRO.

 

Auteur(s): JmC

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les mouettes et goélands sont de plus en plus victimes de la pollution au plastique.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-