Open data: une plateforme pour vérifier si vous respirez des pesticides

Open data: une plateforme pour vérifier si vous respirez des pesticides

Publié le 21/01/2020 à 11:31 - Mise à jour à 11:33
Atmo-france.org
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): France-Soir
-A +A

L’air de la ville est plus pollué que celui de la campagne? Faux quand il s’agit des pesticides. Et différents facteurs sont associés pour polluer l'air des campagnes: la saisonnalité, les années (certaines années sont plus chargées que d’autres en pesticides). Pour connaître le niveau de pesticides autour de son domicile, il est désormais possible de consulter ces données en open data.

La France est un des pays les plus consommateurs de pesticides. Alors que la présence de pesticides dans l’eau et l’alimentation est surveillée et réglementées, il n’existe pas de réglementation pour les pesticides dans l’air. Pourtant lors de leur utilisation, les substances actives peuvent être transférées dans l’atmosphère par différents phénomènes: le vent, l’érosion éolienne et la volatilisation.

 

À lire aussi: Pesticides: pourquoi les ventes ont explosé en France

Une base de données ouverte des pesticides des territoires

Atmo, la fédération des associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (AASQA), a décidé d'ouvrir au public la base de données contenant l'ensemble des données des pesticides dans l'air PhytAtmo, dans une volonté de faciliter cette information à une échelle nationale.
Même si la pollution de l’air est connue depuis les années 30, les concentrations de pesticides dans l'air ambiant sont encore peu connues. Or une information complète sur la présence de ces substances est cruciale, notamment à cause de leur impact sur la santé.

Quel type de pesticides sont présents aujourd’hui dans l’air?

Entre 40 et 90 substances actives (herbicides, fongicides, insecticides) sont quantifiées annuellement à l'échelle nationale. Entre 2015 et 2017, dix substances ont été mesurées de manière récurrente sur les sites permanents de surveillance: cinq herbicides (Pendiméthaline, Triallate, s-Métolachlore, Prosulfocarbe et Diméthénamide(-p)), deux insecticides (Lindane et Chlorpyriphos-éthyl) et trois fongicides (Chlorothalonil, Folpel et Cymoxanil). Certaines informations présentées par la base de données sont surprenantes. Par exemple le fait que le Lindane, qui est interdit depuis plus de vingt ans (1998), soit toujours présent dans l’air. Cela s’explique par sa forte utilisation avant son interdiction et son caractère persistant dans les sols.

Savoir à quels moments de l'année les pesticides sont plus présents

Les concentrations de pesticides sont très variables. Elles peuvent changer selon les conditions météorologiques locales, la nature des sols, ou selon des caractéristiques physiques et chimiques des équipements utilisés lors du traitement des cultures. Et logiquement, ces concentrations vont fluctuer selon les saisons. En fonction des traitements réalisés à chaque période de l'année près de chez nous, on sera plus ou moins concernés .
Si vous habitez près des zones viticoles, la période de fin printemps et début d’ été présentera des concentrations plus élevées de fongicides, alors que si vous habitez près d’un terrain de golf ou d’une forêt exploitable, la concentration de pesticides sera plus importante en période automnale.

 

Collecte plus hétérogène

Malheureusement, la Normandie, Bourgogne Franche-Comté et en Occitanie, sont des régions moins couvertes par la base de données. Les régions Hauts-de-France, Centre-Val de Loire, Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes présentent des mesures relativement réparties sur l’ensemble de leur territoire. Pour une collecte plus hétérogène des pesticides dans l’air, la fédération et les associations demandent  «la mise en œuvre d’un suivi territorial et national pérenne basé sur la mesure et sécurisé dans son financement».

 

À lire aussi: Pesticides: la FNSEA menace de bloquer des stations d’épuration

 

 

Auteur(s): France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les pesticides dans l’air, de fortes disparités dans le temps et sur le territoire

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-