Pesticides dans l’eau: les zones rurales toujours exposées

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Pesticides dans l’eau: les zones rurales toujours exposées

Publié le 22/04/2021 à 19:50
Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Selon la dernière étude de l’UFC-Que Choisir publiée mardi 20 avril, plus d’un million de Français boivent encore une eau polluée par les pesticides, qui sont suscpectés d’être des perturbateurs endocrinens. La bonne nouvelle c’est que désormais 98 % des consommateurs ont accès à une eau conforme à la totalité des critères sanitaires.

Manque de moyens en zones rurales pour faire face à la pollution de l’eau

Selon cette étude, les zones rurales et de montagne seraient les plus touchées par les pollutions agricoles, première cause de contaminations. Aujourd’hui, 450 000 consommateurs boivent une eau dépassant les normes maximales en pesticides et 148 000 une eau contaminée par les nitrates. Les pesticides, sont quant à eux, la première source des pollutions, et l’étude signale les “graves carences” en termes de gestion des risques.

La recherche de pesticides n’est pas à l'hauteur de leur présence dans la nature. En France, sur 750 molécules de pesticides ou dérivés que l’ont peut trouver dans la nature, on n’en recherche que 206, et cela varie beaucoup en fonction des départements. Alors que l’Aisne par exemple, est un département agricole avec de grandes cultures intensives très utilisatrices de pesticides, lors des contrôles, on ne recherche que 12 molécules de pesticides ou dérivés.

L'étude explique que la présence de pollutions dans les petites communes et zones rurales correspond à la faiblesse de leurs capacités financières. Et c’est la même chose concernant les contaminations bactériologiques et microplastiques: les zones rurales auraient aussi des difficultés pour traiter ces pollutions. Le respect des normes bactériologiques impliquerait un suivi constant et donc des moyens humains conséquents, et les canalisations mal entretenues ou vieillissantes sont à l’origine de contaminations supplémentaires.

Les microplastiques et contaminations bactériennes dans l’eau sont aussi un danger pour la santé humaine

Selon l’UFC-Que Choisir, les contaminations bactériennes ne touchent plus désormais que 80 000 consommateurs essentiellement en zones de montagne et en zones rurales de l’Est. D’autres contaminations (arsenic, radioactivité, sélénium…), même si elles restent plus limitées, représentent aussi une menace significative pour la santé humaine. Pour limiter le coût de la dépollution de l’eau, l’UFC-Que Choisir et Générations futures demandent que la commercialisation des pesticides à l'origine de la pollution de l’eau soit interdite.

Pour Olivier Andrault, qui a piloté l’étude, la réglementation environnementale est la clé pour mettre fin au problème de la dépollution de l’eau: « Les gouvernements français ne veulent pas contraindre les agriculteurs à respecter la réglementation environnementale. Nous en payons les conséquences et le coût au niveau de la facture d’eau », explique t-il à l'AFP. 

La qualité de l’eau progresse

Malgré ces résultats, l'étude signale une progression de plus de 2 points par rapport à la précédente étude de 2017. Désormais, 98 % des consommateurs ont accès à une eau conforme à la totalité des critères sanitaires, et cela s’explique par la fermeture des réseaux contaminés dans des grandes villes. “Des groupements de compétences au niveau des intercommunalités ont permis de mettre des moyens financiers au pot commun également et il y a eu des améliorations techniques”, explique Olivier Andrault d’UFC-Que Choisir.

Une carte pour voir si votre eau est polluée

L’ UFC-Que Choisir propose une carte interactive de la qualité de l’eau pour permettre de vérifier que votre eau du robinet est de bonne qualité. Il est possible de consulter la qualité de l'eau potable distribuée dans une commune et dans ses alentours, et de vérifier la présence ou non de 50 contaminants et paramètres physico-chimiques définis par la réglementation.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les zones rurales et de montagne seraient les plus touchées par les pollutions agricoles, première cause de contaminations.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-