Pollution atmosphérique en Chine : une étude confirme la sous-estimation des données locales

Pollution atmosphérique en Chine : une étude confirme la sous-estimation des données locales

Publié le 05/05/2021 à 11:03
Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

La Chine est le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre et de mercure, mais c’est aussi un pays officiellement très engagé dans les efforts de réduction des émissions de Co2. Pour essayer de “reverdir” son blason, il semble que la Chine ait aussi manipulé les données concernant sa pollution atmosphérique. Des chercheurs des universités de Harvard et de Boston ont comparé les données des stations de surveillance officielles chinoises avec celles des ambassades américaines dans cinq des principales villes du pays, mettant en évidence d’importantes disparités concernant les quantités relevées relatives aux particules fines PM2,5 (indicateur standard de la qualité de l'air).

Les disparités fréquentes des données ne font pas penser au hasard

Jesse Turiel de l'Université de Harvard et Robert Kaufmann de l'Université de Boston, ont publié le 21 avril dernier, un article en libre accès dans la revue scientifique Plos One, révélant que les données de pollution atmosphérique collectées en Chine pourraient avoir été modifiées, pour la période entre janvier 2015 à juin 2017.
Les chercheurs ont identifié des heures pendant lesquelles les données locales ont temporairement divergé des stations américaines de manière statistiquement significative, sur des périodes qui coïncident avec des pics de pollution.  D’une manière générale, les résultats suggèrent que, lorsque la pollution de l'air est élevée, les stations locales signalent systématiquement des niveaux de PM2,5 inférieurs à ceux rapportés par les stations américaines. « Nos travaux révèlent des preuves de sous-déclaration systématique des niveaux de pollution de l'air par les autorités locales dans quatre des cinq villes chinoises testées. Cela suggère qu'entre 2015 et 2017, certains gouvernements locaux en Chine ont mal déclaré les données sur la qualité de l'air communiquées au ministère de l'environnement, en particulier les jours de forte pollution » ont déclaré les auteurs.

Pourquoi la Chine aurait-elle manipulé ses données atmosphériques?

Selon l'étude, certains responsables locaux en Chine pourraient sous-déclarer les chiffres concernant la pollution atmosphérique pour éviter des répercussions professionnelles, qui interviennent lorsque des pics sont mesurés. La pratique est apparemment généralisée, et le grand public et d'autres observateurs sont souvent sceptiques à l'égard des données locales.

Malgré un manque d’exactitude, l'étude confirme une progression de la Chine en matière environnementale

Les chercheurs soulignent que les données locales sur la pollution de l'air en Chine sont toutefois nécessaires et confirment que, malgré une sous estimation des chiffres, la qualité de l'air du pays s'est nettement améliorée ces dernières années. Depuis 2000, le nombre de décès par pollution atmosphérique en Chine a dépassé les 30 millions. Les particules fines PM2,5 sont liées au cancer du poumon, à l’asthme et aux maladies cardiaques, et leur présence dans l’air menace non seulement la population chinoise, mais aussi la santé et l’économie mondiale. Le pays a pris conscience qu'il devait s’attaquer à la pollution et a développé le concept de civilisation écologique socialiste, « pour protéger l'environnement pour les futures générations », selon les mots du président chinois Xi Jinping. En 2020 la Chine a présenté un plan de protection écologique pour les quinze prochaines années avec pour objectif d’étendre sa couverture forestière d’un tiers sur cette période.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Certains responsables locaux en Chine pourraient sous-déclarer les chiffres concernant la pollution atmosphérique pour éviter des répercussions professionnelles

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-