Pollution: la circulation alternée à Paris et Lyon s'achève sur des résultats plutôt mitigés

Pollution: la circulation alternée à Paris et Lyon s'achève sur des résultats plutôt mitigés

Publié le 09/12/2016 à 20:40 - Mise à jour le 10/12/2016 à 11:19
©Bob Hall/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Après quatre jours de circulation alternée dans la région parisienne, et seulement un dans l'agglomération lyonnaise, le dispositif va prendre fin. S'il a pu permettre d'agir sur le niveau de pollution, son impact a été décevant, et pose de nombreuses questions pour l'avenir.

Les automobilistes lyonnais ont expérimenté vendredi 9 pour la première fois la circulation alternée pour lutter contre la pollution de l'air, mais la mesure ne sera pas reconduite samedi, ni ce week-end à Paris, où elle était en vigueur depuis quatre jours.

La préfecture du Rhône avait décidé mercredi d'appliquer la circulation alternée -une première en province- face à la durée de l'épisode de pollution et "par anticipation" de taux élevés de particules fines dans l'air. Ils se sont finalement avérés inférieurs aux prévisions.

Seuls les véhicules avec une plaque d'immatriculation se terminant par un chiffre impair ont pu circuler à Lyon et Villeurbanne vendredi, à l'exception de ceux qui font du covoiturage ou bénéficient d'une des nombreuses dérogations.

Quant à la capitale, elle a subi le plus long épisode hivernal de pollution depuis au moins dix ans. Mais compte tenu de prévisions plus favorables, la circulation alternée doit être levée à compter de vendredi à minuit à Paris.

Certaines mesures sont maintenues, comme la réduction recommandée de 20 kilomètres/heure sur l’ensemble du réseau routier ou l'interdiction du transit des poids lourds dans le territoire situé à l'intérieur de l'A86.

La météo restant incertaine la semaine prochaine, "il est essentiel que les Franciliens poursuivent leurs efforts en limitant leurs déplacements en voiture et privilégiant le covoiturage", a insisté la préfecture.

Dans le ciel lyonnais, depuis mercredi, le taux de particules fines n'a pas dépassé les 80 microgrammes par mètre cube (µg/m3), alors que les prévisions tablaient sur un taux d'environ 90(µg/m3), ce qui avait conduit la préfecture à introduire la circulation alternée "par anticipation".

Dans le centre de Lyon, où des contrôles sont effectués, la consigne semblait "plutôt bien respectée" selon la police -contrairement à Paris, la veille. Quelques contrevenants toutefois, comme Manuela, les bras chargés de balais, qui gare sa voiture: "Aujourd'hui, j'ai un ménage à Lyon et un à Rillieux-la-Pape (au nord de la ville, NDLR), je ne peux pas les faire en bus", soupire-t-elle.

Les transports en commun lyonnais, perturbés depuis plusieurs jours par une grève, sont restés payants, contrairement à Paris et en Ile-de-France.

Selon la métropole de Lyon, les transports sont la cause de seulement 26% de la pollution actuelle. Plus de la moitié (52%) est due à l'utilisation d'un chauffage individuel au bois par 8% des habitants.

A Paris et dans 22 communes de la petite couronne, les autorités avaient promis d'être plus sévères avec les nombreux contrevenants. En témoignent des bouchons qualifiés d'"exceptionnels" par la Direction des routes d'Ile-de-France: à 09H00, vendredi, on comptait 275 kilomètres d'embouteillages cumulés en Ile-de-France, contre 200 km habituellement un matin de veille de week-end.

Pour "confronter les Parisiens à la réalité" de la pollution automobile et de ses conséquences sur la santé, la mairie a lancé une campagne en ligne pour que "ça s'arrête". Le groupe écologiste a même réclamé un week-end sans voiture dans la capitale.

Selon l'agence Santé publique France, plus de 48.000 décès par an pourraient être attribués aux particules fines.

Cette pollution touche également Grenoble et les zones urbaines des Alpes, la vallée du Rhône, la Seine-Maritime, l'Aube, l'Eure, où des mesures sont également mises en place.

Dans l'agglomération grenobloise, les véhicules immatriculés avant 1997 n'auront pas le droit de circuler ce week-end. Une première depuis l'introduction des vignettes anti-pollution en novembre.

A Chamonix (Haute-Savoie), environ 600 personnes ont manifesté jeudi soir, en marge d'une réunion sur le plan de protection de l'atmosphère (PPA) de la vallée de l'Arve. Une réunion d'urgence doit avoir lieu vendredi à Annecy avec les maires, industriels et transporteurs. Le préfet a promis des annonces.

De leur côté, des élus et associations des vallées alpines ont réclamé "un arrêt temporaire du trafic international de transit des marchandises" et un "report du transport des marchandises vers le rail".

Des mesures de restriction de la circulation ont aussi été prises dans d'autres régions comme les Hauts-de-France ou la Bourgogne-Franche-Comté.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La circulation alternée a duré quatre jours à Paris et sa proche banlieue.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-