Prolifération des algues toxiques : un phénomène annonciateur de l'extinction de l'humanité ?

Prolifération des algues toxiques : un phénomène annonciateur de l'extinction de l'humanité ?

Publié le 28/09/2021 à 09:33
Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Les panneaux signalant des algues toxiques dans les rivières et lacs d’eau douce sont de plus en plus fréquents, car ce type de phénomène augmente. Malheureusement, ça n’est pas seulement une mauvaise nouvelle pour la baignade, car selon des scientifiques, l'apparition de ce genre d’algues pourrait être liée à des extinctions de masse sur la Terre.

Les algues sont annonciatrices de la catastrophe écologique causée par les humains

Présentes surtout dans des rivières ou lacs d'eau douce, la prolifération de ces algues et de bactéries nocives, est, selon une récente étude suédoise, un des premiers indicateurs d'une catastrophe écologique en cours, causée notamment par la hausse des émissions de gaz à effet de serre et par la déforestation. En effet, selon l'étude, il y a quelque 251 millions d'années a eu lieu la fin du Permien (EPE), aussi connue comme la « grande mort ». À ce moment de l’histoire de la planète, la prolifération d'algues et de bactéries toxiques était similaire à la prolifération microbienne observée dans les lacs et les rivières modernes. Cette catastrophe a anéanti près de 90 % des espèces sur Terre. Ce phénomène indique donc peut-être qu’une nouvelle catastrophe est en cours.

La forte augmentation du dioxyde de carbone à l’origine de la « grande mort »

Lors de l’EPE, une intense vague d'éruptions volcaniques a déclenché une augmentation spectaculaire des températures mondiales et des émissions de gaz à effet de serre. Des feux de forêt, des sécheresses et d'autres perturbations ont balayé les forêts, provoquant un effondrement de la vie végétale et une déforestation généralisée. Les émissions de CO2 qui auraient provoqué la "grande mort", avaient été multipliées par six. Alors que de nos jours, les émissions de gaz à effet de serre doivent être réduites drastiquement pour demeurer sous les 2°C de réchauffement climatique, les niveaux de dioxyde de carbone n'ont pas encore doublé depuis l'époque préindustrielle. Cependant, avec l'activité humaine, les émissions de CO2 ne sont pas le seul ingrédient au cocktail de l'extinction de masse et nous pourrions rapidement rattraper le retard. "Peu importe d'où viennent les gaz (volcans, avions, centrales électriques au charbon), les résultats peuvent être les mêmes," explique Chris Mays, paléobiologiste au Musée d’histoire naturelle de Stockholm et auteur de l'étude.

La déforestation jouera aussi un rôle dans une possible extinction de masse

Pendant l'EPE et d'autres événements de réchauffement extrême, les éruptions volcaniques ont causé la déforestation, et celle-ci aurait provoqué non seulement un réchauffement climatique favorable à la prolifération de bactéries dans l’eau, mais elles ont aussi diffusé les nutriments du sol jusqu’aux cours d’eau, alimentant ainsi les microbes. La prolifération de ces bactéries expliquerait le développement d’algues microscopiques et de bactéries qui finissent par étouffer toute vie aquatique. Nous avons la possibilité d'empêcher ces proliférations toxiques. Selon Chris Mays et l'équipe des chercheurs, en gardant nos cours d'eau propres et en réduisant nos émissions de gaz à effet de serre, on peut éviter une catastrophe telle que celle de la “grande mort” : « Je pense que la plupart des scientifiques conviendraient que la prévention de la combustion des puits de carbone devrait être une priorité mondiale si nous voulons aider à minimiser les impacts à long terme du réchauffement », a déclaré Mays.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le réchauffement climatique est favorable à la prolifération de bactéries dans l’eau

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-