Tarn: des vautours massacrent une vache et deux veaux, sans crainte de l'homme

Tarn: des vautours massacrent une vache et deux veaux, sans crainte de l'homme

Publié le 14/09/2018 à 13:35 - Mise à jour à 14:06
© ARIF ALI / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Les éleveurs du plateau de Massals dans le Tarn, à la limite de l'Aveyron, sont inquiets. En quelques jours, une nuée de vautours a déjà tué trois bêtes qui n'était pas agonisantes. Les animaux ont été massacrés et consommés par les charognards qui ne craignent pas l'homme.

Que se passe-t-il avec les vautours du plateau de Massals à la limite entre les départements du Tarn et de l'Aveyron? Depuis le début du mois de septembre, les volatiles qui s'attaquent le plus souvent à des animaux agonisants ou déjà morts ont massacré deux veaux et une vache, le tout au grand dam des éleveurs surpris de voir que les oiseaux ne sont en rien effrayés par l'homme.

Première victime: un jeune veau tout juste né, le 2 septembre dernier. Selon le propriétaire, une vingtaine d'oiseaux ont encerclé le malheureux animal et l'ont massacré puis déchiqueté, comme le rapporte La Dépêche du midi. En une heure, il ne restait du jeune bovin que la peau et les os, les vautours avaient dévoré sa chair.

Nouvelle attaque dès le lendemain, lundi 3. Cette fois les charognards attaquent un veau certes affaibli –il était couché sur le côté– mais pas forcément mourant. L'animal n'a eu aucune chance. Mais c'est les propos de l'éleveur dans le quotidien qui troublent le plus: "J’avais beau me rapprocher d’eux avec mon tracteur, tenter de les faire fuir en tapant sur mon capot, ils sont restés, alors que j’étais à quelques mètres d’eux. Ils étaient bien une quarantaine. Cinq heures après, ils étaient encore là". Selon ce témoin, les oiseaux faisaient en outre une dizaine de kilos chacun.

Voir aussi: Mal aimés, les vautours luttent pour leur survie au Pakistan

Mais c'est le vendredi 7 qu'une étape supplémentaire a été franchie: cette fois les vautours se sont attaqués… à une vache adulte. La malheureuse bête venait de donner naissance à un veau lorsqu'une nuée de volatiles –ils étaient jusqu'à 80 selon l'éleveur témoin du massacre– a fondu sur la vache, l'attaquant au niveau de l'arrière-train et des mamelles. Après avoir mis à mort l'animal, les charognards la dépèceront morceaux après morceaux pendant deux jours, jusqu'à ce que les services sanitaires ne viennent retirer la carcasse.

Les agriculteurs locaux assurent n'avoir "jamais vu ça" et estiment que les oiseaux se multiplient, en plus de ne plus se contenter de leur rôle strict "d'équarisseur" passant maintenant dans la catégorie du "chasseur". La Ligue de protection des oiseaux locale, elle, estime que ces attaques de vautours, en plus de rester très faible numériquement, n'ont rien d'exceptionnelles.

Lire aussi:

"Il n'y a plus d'herbe": l'élevage durement touché en Europe par la sécheresse estivale

Tarn: l'élevage de poules de Lescout responsable de 78 cancers?

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les vautours ont déjà tué trois bovins qui n'étaient pas mourants, en quelques jours.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-