Viticulture: des anticorps de chameau pour éradiquer le virus du court-noué?

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Viticulture: des anticorps de chameau pour éradiquer le virus du court-noué?

Publié le 16/08/2017 à 16:04 - Mise à jour à 16:25
© Jeff PACHOUD / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Les chercheurs de l'université de Strasbourg viennent de trouver une solution pour lutter contre le virus du court-noué, une maladie dévastatrice pour les vignes. D'après leurs travaux, il suffirait d'utiliser des anticorps de chameaux pour les immuniser.

Jusqu'à présent, aucun remède n'avait été trouvé pour lutter contre le virus du court-noué, une maladie dévastatrice pour les vignes. Mais les chercheurs de l'université de Strasbourg viennent de trouver LA solution. Ainsi, selon leurs travaux, publiés dans la revue scientifique Plant Biotechnology Journal, il suffirait d'utiliser des anticorps de chameaux pour les immuniser.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs se sont appuyés sur les particularités du système immunitaire des camélidés, lequel produit des anticorps plus petits que les autres mammifères. Puis, ils ont exposé un chameau au virus (inoffensif pour l'homme et l'animal), obtenant des anticorps fabriqués par l'animal. Ils ont ensuite introduit dans un plant de vigne des "nanobodies", la minuscule extrémité de ces anticorps. "Ces fractions d'anticorps sont tellement petites qu'elles sont capables de reconnaître des structures en creux contrairement à celles des autres mammifères qui reconnaissent seulement des zones en volume", explique Frédérique Pelsy, directrice de l'unité de la vigne et qualité du vin à l'INRA (Institut national de la recherche agronomique) de Colmar, contactée par FranceSoir . Et à leur grande surprise, ces derniers ont alors réussi à s'accrocher au virus et à le neutraliser.

Testée en laboratoire, cette technique s'est avérée concluante. "Cependant, cette technique réalisée en conditions contrôlées ne permet pas de conclure quant à la résistance de la vigne lors de la transmission naturelle du virus par le nématode vecteur", a déclaré l'INRA dans un communiqué.

Toutefois, il est hors de question, pour le moment, de la tester directement en pleine terre. "Les essais de plantes génétiquement modifiées en milieu ouvert" n'est pas d'actualité. "L'Inra ne veut pas s'engager à demander une autorisation", a ajouté Frédérique Pelsy..

Comme le rappellent l'INRA et le CNRS (Centre national de la recherche scientifique), le court-noué est une maladie virale présente dans la quasi-totalité des régions viticoles du monde, laquelle engendre des pertes de récolte, peut entraîner la mort des vignes et rend les terres impropres à la viticulture pour de nombreuses années.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Il suffirait d'utiliser des anticorps de chameau pour immuniser les vignes du virus du court-noué.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-