Atterrissage d'urgence: la passagère multiplie les pets malodorants, une bagarre éclate [MAJ]

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Atterrissage d'urgence: la passagère multiplie les pets malodorants, une bagarre éclate [MAJ]

Publié le 20/02/2018 à 11:40 - Mise à jour le 21/02/2018 à 16:00
© Gabriel BOUYS / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un avion de la compagnie Transavia a dû atterrir d'urgence à Vienne, en Autriche, après une bagarre entre passagers. La cause? Une succession de flatulences incommodantes ayant fini par excéder les passagers.

Le motif apparaît futile: il a pourtant provoqué une bagarre qui a forcé l'avion à atterrir d'urgence. Un appareil de la compagnie Transavia a dû se poser à Vienne en Autriche, une bagarre entre passagers pour une histoire de flatulences ayant dégénéré.

Les faits se déroulent dans un avion reliant Dubaï, aux Emirats arabes unis, à Amsterdam aux Pays-Bas. Une des passagères, apparemment ressortissante marocaine, enchaînait en effet les pets particulièrement incommodants pour ses voisins. Parmi eux, deux Néerlandais exigent que la femme se restreigne. Visiblement sans succès.

Le pilote de l'avion lui-même va intervenir intimant à la pétomane de cesser d'importuner ses voisins. Rien n'y fera, la bagarre éclate.

Lire aussi: Scandale Transavia: une hôtesse tenait le journal de ses frasques sexuelles en service, son mari menace de le révéler 

L'avion a alors été forcé de se poser en Autriche et la police est intervenue dans le cockpit. Les deux Néerlandais, la femme ainsi qu'une autre ressortissante marocaine ont été débarqués de l'avion.

Les quatre personnes ont rapidement été relâchées sans qu'aucune poursuite ne soit engagée contre elles. Légalement parlant, elles n'ont pas commis d'acte illégal selon les lois autrichiennes. Un porte-parole de la compagnie Transavia a cependant indiqué que les deux femmes et les deux hommes sont interdits à vie de voler sur ses lignes. Une poursuite serait envisagée pour exiger une prise en charge des frais de cette escale forcée à Vienne.

> Les faits exacts ont fait l'objet d'un éclaircissement, avec de nouveaux éléments à lire ici.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'avion a dû atterrir en urgence à Vienne après une bagarre entre passagers à cause de pets malodorants.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-