Ustaritz: le point sur le meurtre de Mélodie M., la jeune femme enceinte de 8 mois retrouvée ligotée et battue à mort

Ustaritz: le point sur le meurtre de Mélodie M., la jeune femme enceinte de 8 mois retrouvée ligotée et battue à mort

Publié le 15/09/2017 à 11:38 - Mise à jour à 12:10
© SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

De nouveaux éléments ont été dévoilés sur l'affaire de la jeune femme enceinte de 8 mois retrouvée morte sur son lit à Ustaritz, dans les Pyrénées-Atlantiques, mercredi. Mais l'enquête s'annonce complexe.

Le procureur de la République de Bayonne a évoqué jeudi 14 "un acte criminel particulièrement violent" pour décrire la scène du crime qui a frappé la petite commune d'Ustaritz. Mercredi vers 21h30, Olivier D., 24 ans, appelle les secours après avoir découvert sa compagne morte dans le domicile qu'elle occupait dans la propriété de sa mère. La vaste maison du chemin de Sainte-Barbe abritait en effet un petit logement qu'occupait Mélodie M., la victime, âgée de 23 ans. Qui a visiblement souffert le martyr avant de décéder.

La malheureuse a en effet été découverte sur son lit, entravée par des liens et de nombreuses traces de coups marquant sa dépouille. "Le corps se trouvait sur le lit de la chambre à coucher, les poignets et les chevilles ligotés, les yeux bandés, et bâillonnée avec des torchons" a expliqué le procureur de la République. Détail sordide, la jeune femme était enceinte "à un stade avancé", probablement de huit mois. Les premières informations qui ont été dévoilées peu après le meurtre, avançaient que la victime était nue. Ce point n'a cependant pas été confirmé par les enquêteurs.

Une autopsie doit désormais permettre de déterminer les causes exactes de la mort de la victime, et notamment l'heure du décès. Les premières constatations semblent orienter vers une asphyxie provoquée par le bâillon, mais le potentiel mortel des coups reçus n'est pas écartée. Aucune trace d'effraction n'a été découverte sur les lieux. "Aucune piste n'est privilégiée" à ce stade des investigations affirme le procureur. Une cinquantaine de gendarmes de la section de recherches de Pau et de la compagnie de gendarmerie de Bayonne sont mobilisés sur l'enquête.

Le compagnon qui a appelé les forces de l'ordre mercredi soir possède une petite notoriété télévisuelle. Olivier D., 24 ans, a participé à l'émission de téléréalité 10 couples parfaits diffusée sur NT1 entre le 3 juillet et 31 août. Présenté dans l'émission (et sur son compte Instagram) comme un aspirant acteur –il aurait d'ailleurs fréquenté le Cours Florent. Puis il semble qu'il ait changé ses plans et se soit orienté vers le secteur médical, la sophrologie plus précisément.

Mélodie M., la victime, était pour sa part étudiante à l'IFSI Florence Nightingale Bagatelle, à Talence (Gironde) dans la banlieue de Bordeaux. Originaire de Béziers, elle occupait l'appartement de la maison de sa mère pour se reposer avant un accouchement présenté comme imminent. Selon le procureur, Olivier D. qui a été entendu par les enquêteurs, tout comme les voisins notamment, a affirmé être le père de l'enfant.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une cinquantaine de gendarmes de la section de recherches de Pau et de la compagnie de gendarmerie de Bayonne sont mobilisés sur l'enquête.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-