Suicide d'un militaire de Sentinelle dans la vallée de la Roya

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Suicide d'un militaire de Sentinelle dans la vallée de la Roya

Publié le 12/09/2017 à 11:50 - Mise à jour à 12:01
©Joel Saget/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un militaire de 24 ans, membre de la légion étrangère et affecté à l'opération Sentinelle à la frontière franco-italienne s'est suicidé ce mardi matin. Il aurait retourné son arme contre lui lors d'une patrouille. C'est le deuxième cas de suicide d'un militaire participant à l'opération en moins de trois semaines.

Les faits rappellent tragiquement un cas similaire survenu fin août. Un militaire affecté à l'opération Sentinelle est mort ce mardi 12 au matin dans les Alpes-Maritimes, révèle Europe 1. Il s'est vraisemblablement suicidé.

Il s'agit d'un légionnaire de 24 ans, déployé dans la vallée de la Roya. Selon les premiers éléments communiqués, il aurait retourné son arme de service contre lui en pleine opération. Le jeune homme était en effet en patrouille avec d'autres militaires sur la frontière franco-italienne, près de Fanghetto, lorsqu'il s'est isolé de la troupe. Ses collègues ont alors entendu un coup de feu et ont retrouvé le corps de leur compagnon, son fusil d'assaut FAMAS à côté de lui.

Tout semble donc indiquer qu'il s'agit d'un suicide, même si le procureur Jean-Michel Prêtre, cité par Franceinfo, se refusait ce mardi à confirmer cette piste si peu de temps après les faits.

La victime est un légionnaire d'origine italienne, membre du 2ème régiment étranger du génie, unité notamment formée au combat et soutien en montagne. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie.

La frontière avec l'Italie dans la vallée de la Roya est fermée depuis 2015 dans le cadre de la lutte antiterroriste. Elle est l'objet de nombreux contrôles, notamment car elle est un axe privilégié des migrants arrivés en Europe via l'Italie.

Déjà le 25 août dernier, un militaire du 1er Régiment de tirailleurs, affecté à l’opération Sentinelle, s'était donné la mort avec son arme de service. Il était passé à l'acte au sein des locaux parisiens de la Marine nationale. Ce premier drame était survenu quelques heures avant qu'un collectif de femmes de militaires manifeste à Paris pour dénoncer les conditions de vie et de travail des soldats affectés à Sentinelle, opération souvent décriée.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La victime est un légionnaire du 2ème régiment étranger du génie âgé de 24 ans et d'origine italienne (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-