A 13 ans, accusé de 22 viols et agressions sexuelles sur des mineurs

A 13 ans, accusé de 22 viols et agressions sexuelles sur des mineurs

Publié le 27/09/2018 à 16:28 - Mise à jour à 16:39
©Capture d'écran Google Maps
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

France 3 Hauts-de-France et France bleu Picardie révèlent qu'un enfant de 13 ans hébergé au centre social de l'abbaye de Valloires a été mis en examen pour au moins 22 viols et agressions sexuelles sur d'autres pensionnaires de l'établissement.

A 13 ans, et si les faits sont avérés –l'enquête n'en est qu'à ses débuts– l'agresseur sexuel afficherait déjà un nombre de victimes faisant froid dans le dos.

Un jeune garçon de 13 ans a été mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur plusieurs de ses camarades, hébergés comme lui dans l'abbaye de Valloires dans la Somme, un centre qui accueille les enfants envoyés par les services sociaux.

Au moins 18 victimes auraient déjà été identifiées –d'autres sources évoquent déjà 22 dossiers– sur une période de quatre ans, ce qui signifie que l'agresseur présumé aurait commis les premiers actes quand il n'avait lui-même que neuf ans. Le garçon en question, dont l'identité n'a pas été révélée, a depuis été renvoyé de l'établissement.

Voir aussi: Contredit par ses SMS, Tariq Ramadan, accusé de viols, voit s'éloigner sa sortie de prison

Le garçon placé à Valloires depuis plusieurs années avait déjà une réputation de pensionnaire ingérable et violent, mais l'enquête va maintenant s'attacher à comprendre comment celui qui reste un enfant aurait pu multiplier les atteintes sexuelles sans que les éducateurs ne le remarquent. Interrogé par France 3, le vice-président de l'association gérant ce centre social reconnaît fataliste que les agressions sexuelles, "ça arrive de temps en temps. ll faut voir les enfants qui nous arrivent. Eux-mêmes sont des plaies vivantes d’agressions sexuelles mais les éducateurs sont rodés à ça". Quand ils les repèrent du moins.

En complément de l'enquête judiciaire, une enquête administrative a été lancée par le Conseil départemental.

Lire aussi:

Une jeune femme de 22 ans violée en pleine rue à Clermont-Ferrand 

Ivre et quitté par sa petite amie, il viole une enfant lors d'une fête d'anniversaire

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les faits se seraient déroulés derrière les murs de l'abbaye de Valloires.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-