1er Mai: un étudiant du Crous de la Pitié-Salpêtrière frappé par la police (vidéo)

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

1er Mai: un étudiant du Crous de la Pitié-Salpêtrière frappé par la police (vidéo)

Publié le 07/05/2019 à 10:49 - Mise à jour à 11:04
©Capture d'écran YouTube/Revolution permanente
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Un étudiant qui déménageait son logement du Crous avec son frère a été frappé par la police le 1er Mai dernier à la Pitié-Salpêtrière. Une enquête de l'IGPN a été ouverte.

Résignés, les deux victimes n'ont pas souhaité porté plainte contre les forces de l'ordre malgré les violences qu'elles ont subi. Lors de la manifestation du 1er Mai dernier, un étudiant de 23 ans qui loge dans la résidence universitaire qui se situe à l'intérieur de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière a été violemment frappé par des policiers d'un escadron motocycliste sans explication. Son frère, âgé de 27 ans, qui se trouvait là pour l'aider à déménager son appartement a également été frappé et a reçu trois semaines d'interruption de totale de travail.

Selon Mediapart, qui révèle l'information, cette "intrusion violente" au niveau du Crous, "bien réelle celle-là (…) a été passée sous silence". Les faits ont eu lieu au moment où des manifestants s'étaient introduits à proximité du service de réanimation pour fuir les gaz lacrymogènes qui inondaient le boulevard de l'Hôpital. "L’ambiance était tout à fait calme. Les manifestants s’asseyaient, des soignants mettaient des gouttes dans les yeux et distribuaient de l’eau", a expliqué une résidente du Crous qui se situe quasiment en face du service de "réa".

Lire aussi – 1er Mai: des soignants nient des violences dans la Pitié-Salpêtrière (vidéos)

Les deux frères sortent alors de la résidence pour voir ce qu'il se passe et sont pris entre deux charges de policiers qui évacuent la cour de l'hôpital. Des CRS arrivent du boulevard de l'Hôpital et chassent les manifestants réfugiés là. "De l'autre côté de la rue, à contresens de la charge de CRS, des «voltigeurs» s'avancent pour prendre en étau les quelques manifestants", explique le site d'investigation.

Les deux frères courent alors se réfugier au Crous, poursuivis par les forces de l'ordre. Le plus jeune est rattrapé dans le hall de la résidence et reçoit des coups de matraques. "Je leur ai dit à plusieurs reprises: «J’habite ici». J’avais mes papiers, les clefs de ma chambre et j’étais prêt à tout leur montrer. Mais ils n’étaient pas là pour dialoguer, ils ne voulaient que la violence", témoigne-t-il à Mediapart. .

Le jeune homme parvient à fuir dans les escaliers et se réfugier chez un autre jeune qui a filmé une partie de la scène. "Je suis resté chez lui le temps que ça passe. Je ne sais pas ce que les policiers auraient pu me faire s’ils m’avaient attrapé dans les escaliers, sans témoin autour d’eux", fait-il savoir.

Une enquête a été ouverte et confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) selon la Préfecture de police de Paris jointe par le média. Le site d'investigation précise que la direction du Crous n'a pas pris la peine de se rapprocher de son résident blessé.

Voir:

Pitié-Salpêtrière: les gardés à vue assurent avoir fui "les ultra-violences policières"

Pitié-Salpêtrière: Castaner tente de clore la polémique

Castaner reconnaît qu'il n'aurait pas dû parler "d'attaque" de la Pitié-Salpétrière

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un étudiant qui déménageait son logement du Crous a été frappé par la police le 1er Mai dernier à la Pitié-Salpêtrière.

Newsletter





Commentaires

-