Abattoir de Houdan: amendes requises contre les militants de L214

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Abattoir de Houdan: amendes requises contre les militants de L214

Publié le 04/09/2017 à 19:05 - Mise à jour à 19:09
© PIERRE ANDRIEU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Des peines d'amende ont été requises ce lundi contre deux militants de l'association L214 qui s'étaient introduits en décembre dernier dans un abattoir des Yvelines pour y placer des caméras. Le jugement est attendu le 9 octobre.

La loi, c'est la loi. Le ministère public a requis ce lundi 4 une peine de 15.000 euros d'amende dont 10.000 euros avec sursis contre chacun des deux militants de l'association L214 qui s'étaient introduits dans un abattoir de Houdan, en région parisienne, et y avaient placé des caméras filmant notamment l'étourdissement des porcs au CO2.

L'objectif pour le groupe qui milite contre la consommation de viande était de récupérer de nouvelles images choc. Mais, le procureur a tenu à rappeler qu'il ne s'agissait pas du procès des méthodes d'abatages, mais bien de "violation du domicile d'autrui" et "tentative d'atteinte à la vie privée par fixation, enregistrement ou transmission de l'image" dont-il était question. Par ailleurs, les manquements aux règles avancés par L214 et actuellement objet d'une affaire distincte n'ont pas été avérés.

Les deux membres de L214, qui militent pour l'abandon de tout produit animal dans l'alimentation, avaient caché en décembre des caméras dans un abattoir des Yvelines, notamment sur une nacelle descendant les cochons dans le puits où ils sont étourdis au CO2 avant d'être saignés.

Trahis par la chute d'une caméra, ils avaient été interpellés alors qu'ils venaient récupérer leur matériel, encagoulés, dans la nuit du 12 au 13 décembre. L214 a depuis diffusé certaines de ces vidéos, qui entendent montrer la souffrance des animaux.

Ce procès est une première bien que L214 ait déjà obtenu à de nombreuses reprises de telles images. Mais les militants étaient passés par des employés des abattoirs et ne s'étaient donc jusque-là pas introduits eux-mêmes dans des locaux privés. Plusieurs questions juridiques avaient donc retardé la tenu du procès.

La décision du tribunal est attendue le 9 octobre prochain.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les deux militants sont poursuivis pour "violation du domicile d'autrui" et "tentative d'atteinte à la vie privée".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-